Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 13:09

NOKIA Connecting People

Tous les indicateurs de Nokia sont au vert. Le finlandais est le numéro 1 en volume et en valeur de la vente de terminaux devant Samsung qui a détrôné Motorola de sa place de numéro deux. Tout paraît donc aller pour l’ancien fabricant de pneus et de télévision reconverti dans la téléphonie mobile.

Nokia a même réussi à progresser en part de marché avec 38% au second trimestre 2007 contre 34% au premier. Le chiffre d’affaire suit naturellement la tendance avec 28% de croissance à 12,6 milliards d’euros. Les profits ont doublé à 2,83 milliards d’euros.

Nokia N95Nokia N91

Tout va bien ?

Pas si sûr, à long terme, car cette progression est largement due à la chute vertigineuse de Motorola qui est passée de 22% à 13,5% de part de marché en six mois. Et c’est Samsung qui en a profité le plus suivi par les autres constructeurs asiatiques dont HTC, qui sort à la chaîne de plus en plus de terminaux, dont le récent HTC Touch.

Dans le haut de gamme l’arrivée de l’iphone devrait également impacter la position de Nokia mais c’est surtout sur le terrain des systèmes d’exploitation que cela va se jouer.

A part Nokia, Samsung, Motorola et HTC sont tous sous WM6. RIM, le constructeur du Blackberry qui a également enregistré une belle progression fonctionne encore sous un OS propriétaire mais propose sa technologie à d’autres constructeurs et sa stratégie devrait s’orienter partiellement vers la mise à disposition de ses technologies de gestion d’email sur d’autres plateformes.

Nokia reste fidèle, comme Sony Ericsson à Symbian mais ce qui a fait le succès de ce système d’exploitation pour mobile pourrait signer le début du déclin de ses partisans.

Jusqu’en 2006, les téléphones portables étaient utiliser majoritairement pour la voix et les fonctionnalités des systèmes d’exploitation devaient être simples, rapide et ergonomique pour la fonction téléphone. L’arrivée de terminaux multi usages, tant dans le domaine du multi média que dans la gestion personnelle change la donne.

Le marché s’oriente principalement sur deux axes : les terminaux grand public -avec des fonctions évoluées de prises de vues (photo et vidéo) des fonctions multimédia (lecture de fichiers audio et video)- et les terminaux professionnels avec des fonctions avancées de communication – email, agenda, connectique internet, wifi, demain Wimax….-.

Cela va donc favoriser les fabricants d’électronique grand public intégré comme Samsung qui possèdent toute la chaîne depuis la mémoire jusqu’au composants photo-vidéo pour les intégrer au meilleur prix ou les fabricants low cost qui montent en gamme en profitant de leurs capacités d’intégration pour fournir des terminaux de plus en plus évolués.

A l’autre bout de la chaîne, les fournisseurs de systèmes d’exploitation en tête desquels Microsoft devrait s’arroger la part du lion. Blackberry devrait continuer de cohabiter sur une niche, Palm OS est déjà mort et l’OS d’Apple pourrait monter en puissance si la pomme le licencie à d’autres constructeurs.

Dans ce schéma, Nokia va se retrouver isolé avec des coûts de production supérieurs à ceux de Samsung ou d’HTC et avec un OS, Symbian, même s’il évolue, le finlandais ne pourra suivre la cadence de Microsoft ou d’Apple.

Ce qui se passe dans le mobile peut être comparé à ce qui c’est passé dans la micro-informatique. A l’origine il y avait multitude de systèmes d’exploitation mais le développement de marché et la rationalisation a séparé le marché en deux : d’un coté les Dell et HP et de l’autre Microsoft. Le hard et le soft.

Les phénomènes de convergence informatique-internet-contenus vont renforcer cette tendance dans le mobile qui va devenir une extension nomade de notre identité numérique.

Même si Nokia propose de nouveaux terminaux intégrant des fonctions de « touch screen », la course contre Apple et Microsoft sera difficile. D’autant qu’une multitude de développeurs tiers annoncent déjà des fonctions tactiles pour WM6 (Itask Wisbar Advance : une interface « à la iphone » pour Windows Mobile, démonstration en vidéo).

Il est vraisemblable que les dirigeants de Nokia aient parfaitement identifié les enjeux à venir. La récente évolution dans le service avec des offres dans la cartographie et le GPS ainsi que dans la musique en ligne démontre une volonté de copier Apple qui a su devenir une marque multimédia à partir d’une activité de construction de micro-ordinateur. Pas sûr néanmoins que cela suffise car le segment est encombré par les fabricants de lecteurs comme Sandisk (eSansa) avec RealNetworks et Rapshodie, Apple lui-même ou Samsung qui affiche clairement sa stratégie. Sans compter Google qui investi plusieurs centaines de millions de dollars dans la téléphonie mobile qui peut compter sur l’aide d’Apple.

Le futur de Nokia dans la fabrication de terminaux n’est donc pas aussi radieux que l’on pourrait le penser. Je rassure les investisseurs, le temps que cela ait un impact sur le cours de bourse il faudra encore plusieurs années.

Nokia sera certainement tenté de suivre l’exemple d’Ericsson qui a fusionné sa branche « terminaux mobiles » avec Sony. Les prétendants ne sont, par contre, pas légion et tout l’enjeu stratégique sera de choisir le bon partenaire. Ce n’est clairement pas Apple mais cela pourrait être un grand groupe Japonais comme Matsushita (Panasonic) ou Toshiba. Suivant le développement des entreprises chinoises, le salut de Nokia pourrait également venir de l’empire du milieu…

Sur le plan des systèmes d’exploitation bien que le groupe ait toujours refusé de proposer des téléphones sous Windows Mobile, il sera certainement forcé de suivre Palm qui a pragmatiquement fait évoluer sa gamme avec des terminaux sous Palm OS et WM. Samsung le fait déjà puisqu’il propose les mêmes téléphones sous Symbian et WM6. Cela pourrait donner un répit de plusieurs années avant d’être contraint à la scission avec sa branche « terminaux ».

Tout n’est néanmoins pas joué car la puissance de Nokia en Europe lui confère une capacité de lobbying non négligeable et le finlandais milite activement pour que la télévision mobile passe par le DVN-H où il domine le marché en termes d’équipement pour les opérateurs. Là encore le Wimax pourrait bien brouiller les cartes et les opérateurs mobiles peuvent compter sur Nokia pour tout faire pour empêcher toute décision européenne allant à l’encontre du choix du DVB-H comme norme européenne de diffusion de télévision mobile. Comme à part la Grande Bretagne qui a réalisé une expérience avec la technologie de Qualcomm tous les autres pays semblent avoir choisi le DVB-H, cela devrait permettre à Nokia de rester un acteur majeur dans la téléphonie mobile.

A voir s’il réussira sa mutation comme fournisseurs de contenus et services….

Articles en relation :

- Téléphones mobiles à écrans tactiles, pourquoi cela change la donne ? Démonstration avec l’HTC Touch

- Nouvelle gamme portable et mobile, Toshiba se positionne-t-il comme Apple ou comme Samsung ?

- Samsung annonce une plateforme de musique en ligne, une sérieuse concurrence pour Apple

- Sony Ericsson annonce un mobile à écran tactile, la vidéo

- Ericsson prévoit que regarder la télé sur des téléphones cellulaires deviendra un phénomène de masse dès 2008.

- La télévision sur téléphone mobile : les enjeux d’un marché

- Les modèles économiques de l’audiovisuel de demain

- HTC Touch un concurrent de l’Iphone d’Apple en vidéo

- Zenzui, un logiciel pour concurrencer l’iPhone ?

- RealNetworks et Sandisk espèrent contrer Apple

- Samsung prépare un concurrent d’Itune

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents