Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 13:40

TF1 et NBC Universal ont parfaitement intégré les problématiques posées par le peer to peer et la chronologie de médias.

Comment continuer de proposer des séries américaines, de plus en plus prisées par les français, plusieurs mois après la diffusion aux Etats-Unis alors que les épisodes sont disponibles sur internet parfois quelques heures après le passage antenne sur les networks américains ?

Mais tout n’est pas si simple.

Il faut être capable de traduire les programmes dans des délais très courts alors que traditionnellement la traduction se fait sur tous les épisodes à la fois. Comment mobiliser, au fil des diffusions, la vingtaine de voix nécessaires à la francisation des contenus ?

Il semble que cela ne soit ni industrialisable facilement ni économiquement rentable ni finalement, si attendu que cela par les fans de ces séries.

TF1 et NBC ont donc pris la décision de sous titrer la série Heroes plutôt que de la traduire en français. Que les francophones se rassurent, la série sera diffusée sur TF1 en français … mais dans une dizaine de mois.

L’expérience, car il s’agit bien d’une expérience, est limitée à cette série et rien n’indique que TF1, ou les autres studios, soient prêt à le faire avec d’autres séries.
Quoiqu’il en soit cela nous semble une excellente initiative et les tenants du téléchargement illégal ne pourront plus s’abriter derrière l’excuse du délai de diffusion en France.

La tarification nous semble encore un peu inadaptée à l’internet. Si elle semble plus adaptée aux pratiques de la VOD sur les services des FAI, les utilisateurs d’ordinateurs sont plus habitués à la « gratuité ». J’ai mis ce mot entre parenthèses car rien n’est jamais gratuit mais financé par des moyens dérivés.

Dans l’audiovisuel c’est souvent la publicité qui l’emporte ou pour les chaînes à péage, l’abonnement.

Je pense donc que ce type d’initiative devra évoluer vers des modèles mixtes laissant le choix à l’utilisateur de s’abonner à un ensemble de services et de contenus ou de subir des coupures et affichages en surimpression de messages publicitaires.

Ce dernier point serait d’ailleurs une révolution pour les diffuseurs et les studios car cela reviendrait à introduire la notion de partage de revenus au résultat.

Aujourd’hui lorsqu’une chaîne, comme TF1, choisi d’acheter les droits de diffusion d’une série américaine, elle s’engage, comme pour la plupart des contenus, à payer un droit fixe par épisode. D’après nos informations, l’achat d’épisode de série américaine tourne autour de 150000 € par épisode. A charge pour la chaîne de rentabiliser son achat par les tunnels publicitaires.

Dans le cas d’une offre comme TF1 vision, le financement par la publicité pourrait permettre aux studios de toucher un pourcentage des revenus générés par la pub. Un sacré changement qui ni les studios ni les chaînes ne semblent prêt à mettre en place.

Bravo à cette initiative.

Je n’ai pas par habitude de féliciter les médias traditionnel qui s’accrochent, mais c’est normal, à leur situation en refusant d’accepter la réalité, mais pour cette fois je trouve que TF1 est dans la bonne voie. Il faut savoir le reconnaître.

D’après les chiffres fournis par la chaîne, il y aurait eu 50000 visionnages ou téléchargements dans la première journée. Ce qui évidemment est sans commune mesure avec les millions de téléspectateur devant TF1 mais qui pourrait commencer à peser si l’on atteignait les 500000 au bout de quelques semaines.

Faisons le calcul : 500000 fois 2,99 € cela fait un peu moins de 1,5 millions d’euros. Soit presque 10 fois plus que le coût d’achat des droits de diffusion pour le prime time. Bien sûr c’est très inférieur aux revenus générés par les tunnels de pub pour le chaîne mais pour le studio…

Il faudra donc suivre attentivement les résultats de cette expérience qui devrait durer pratiquement un an jusqu’à la diffusion sur TF1 de ces épisodes. LA chaîne veut naturellement connaître l’impact de cette pré-diffusion en VOST sur l’audience de la chaîne.

La présentation en vidéo de Laurent Storch, Directeur de Acquisitions du groupe TF1 et de Pascal Lechevalier, Directeur de TF1 Vision.

Articles en relation :

- TF1 Vision propose la série Héroes en VOD moins de 24h après la diffusion américaine

- Baisse des recettes de TF1, début d’une érosion structurelle ? Analyse

- TF1/M6 : le match continueTF1 Vision mise sur Grey’s Anatomy saison 3 en Catch-up TV

- Martin Bouygues fait le ménage à TF1 et le point sur les rumeurs

- VOD : TF1 Vision prolonge son partenariat avec Disney-ABC

- TF1 : Patrick Le Lay passe la main sur fond de résultats en demi-teinte et de futur incertain

- La chronologie des médias en voie de disparition ? Apple tire sur l’ambulance

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Articles Récents