Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 15:32

L’annonce, confirmée ce matin par un bref communiqué de presse de Neuf, de négociation entre ses actionnaires est assez révélatrice de l’importance de cette nouvelle consolidation.

C’est néanmoins sans surprise que nous accueillons cette information à YouVox Tech, puis que nous envisagions cette hypothèse dès le mois de mars 2007 dans notre article FAI : après une vente de Club Internet, une fusion SFR Neuf Cegetel est-elle possible ?

Il est d’ailleurs logique que le groupe Dreyfus cherche à sortir maintenant au plus haut de la fourchette de valorisation avant la prochaine destruction de valeur que procurera le quadruple play.

Neuf Cegetel est aujourd’hui valorisé plus de 7,6 milliards d’euros et la mise en bourse de cette entreprise révélait directement l’intention de sortie du groupe Dreyfus. Si la stratégie industrielle avait prévalu, il eut été moins couteux d’acheter Neuf avant l’introduction.

Une consolidation de SFR et de Neuf Cegetel est totalement logique et il s’agira ici, provisoirement, du seul groupe capable de concurrencer France Telecom sur le fixe et le mobile. La pression sur Free va donc s’accentuer sur le besoin de déployer une offre mobile, soit avec la 4 ème licence si les conditions financières évoluent soit en Wimax avec sa licence nationale.

La pression est également mise sur Bouygues Telecom qui a racheté le réseau ADSL de Club Internet à Neuf et qui va devoir déployer une offre commerciale.

Si donc, pour le moment, le jeu semble figer c’est l’attribution de la 4ème licence qui débloquer la partie. Si Free obtient cette licence, il lui faudra trouver un partenaire industriel et financier pour déployer le réseau (pourquoi pas Telecom Italia qui apporterait Alice ou Deutsche Telekom qui reviendrait en France ?). Bolloré pourrait également être tenté. Si au contraire Free n’obtient pas la licence, un rapprochement déjà étudier mais repoussé avec Bouygues Telecom redeviendrait possible.

L’objectif de tout ce petit monde est bien entendu la mise en place d’offres quadruple play intégrant l’accès internet fixe-mobile, des services de télévision et la téléphonie fixe-mobile.

Si sur le plan commercial une offre de ce type est intéressante, il en va autrement des aspects économiques car toute agrégation d’offres entraîne souvent une destruction de valeur s’il n’y a pas parallèlement de croissance organique du marché. Compte tenu du taux d’abonnement à l’ADSL et au mobile, en France, la capacité de croissance en volume est faible. Il y a bien sûr des marges de progression face à nos homologues européens sur l’abonnement au mobile mais certainement pas suffisamment pour absorber une destruction de valeur par agrégation d’offres.

La concentration des FAI a déjà illustré l’importance de la taille critique et le déploiement des nouveaux réseaux 4G, pour le mobile, et fibre pour le fixe nécessite de gros investissements.

La course à la concentration est donc nécessaire et certains acteurs pourraient faire les frais ce cette situation. L’intention du fond d’investissement Cinven de sortie partielle de Numéricâble n’est certainement pas étrangère à cela car c’est probablement cet acteur qui sortira le premier du marché. La tentative ratée de consolider le marché par rachat de Free ou de Bouygues Telecom n’a pas été suivie d’une stratégie de rechange convaincante et la « killer application » de la TVHD sur le réseau câblé n’est pas pertinente car le nombre de contenus disponibles en HD est insuffisant.

SI donc les choses semblent bien engagées pour Orange et Vivendi, les acteurs restants vont donc devoir accélérer leur stratégie. Car même si la sortie du groupe Dreyfus n’est pas une surprise, le calendrier n’est pas neutre et oblige donc Free et Bouygues à se repositionner.

Il est vraisembablble que l’année 2008 soit encore une année stratégique car Free et Bouygues vont tout faire pour se valoriser au maximum et conserver des leviers de négociation. Le premier déploiera son offre Wimax même s’il n’obtient pas la 4ème licence mobile et proposera de l’accès internet nomade et de la voix sur IP sans roaming. Le second commercialisera une offre d’accès ADSL sur le réseau de Club

Le deux devront néanmoins gagner de manière impérative des parts de marché sur le segment qu’ils ne couvrent pas encore afin d’avoir la taille critique sur les deux marchés en convergence. C’est d’ailleurs ce qui pourrait accélérer les offres quadruple play car si Vivendi et Orange n’ont pas intérêt à détruire de la valeur trop vite, les deux autres devront gagner des parts de marché rapidement. Une offre fixe-mobile dans un même abonnement serait un bon moyen de gagner de nouveaux clients.

L’affaiblissement par tentative d’assèchement des revenus du concurrent, bien connu de Google qui rend gratuit ce que Microsoft fait payer, a néanmoins des limites. Les marges dégagées par les opérateurs ne sont pas si considérables surtout dans l’ADSL et il sera intéressant, si ce scénario se valide, de voir celui qui pourra le plus réduire ses prix entre Free et Bouygues Telecom.

Articles en relation :

- Free et Neuf dans un marché de consolidation ?

- Internet illimité sur mobile 3G, la compétition s’organise entre SFR, Orange et Ten Mobile

- L’échec de Free dans la 4ème licence mobile peut-il être positif ?

- Vivendi, la force tranquille ?

- Neuf Cegetel pas intéressé par la 4ème licence mobile, décryptage.

- OPA amicale sur Free ? Notre analyse

- Combiens de FAI et d’acteurs Internet restera-t-il dans 10 ans ?

- Bouygues Telecom devient FAI avec l’aide de Neuf Cegetel

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents