Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 15:28

Au-delà de cette annonce de la création d’un club virtuel dédié à la musique, avec la possibilité de se déplacer virtuellement dans plusieurs salles avec des avatars et des styles musicaux différent, c’est le modèle économique de labels qui en prend un coup.

Interscope Record vient d’annoncer un partenariat avec Doppelganger pour créer un night club dans le cyberspace appelé Pussycats Dolls Lounge. Les clients peuvent créer des avatars d’eux même pour se représenter dans des différents espaces de la discothèque. Il est possible d’interagir avec les autres clients en utilisant AOL Instant Messager pour chater et afficher des postures personnalisées. On peut imaginer assez vite des formes de sponsoring et de publicité sur les murs virtuels, des goodies à acheter…

Dans quelle catégorie fixer le modèle de rémunération des ayants droits dans une discothèque virtuelle ? Faut-il payer au nombre de membres connecté, au morceau diffusé, avec un abonnement annuel, par un système de licence ? On ne sait pas si cela rentre dans le système de rémunération des discothèques, des radios…

Articles en relation :

La licence globale est-elle en train de devenir effective ?

Warner Bros adopte le Peer to Peer avec BitTorrent.

MTV lance un service de vidéo à la demande

Téléchargement gratuit : est-ce irréversible ?

La diffusion gratuite pour contrer le peer to peer ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Articles Récents