Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 16:39

La technologie Wimax, qui va permettre la voix sur IP et l’accès Internet nomade va remettre en cause le modèle économique des opérateurs mobiles basé sur le paiement à l’acte (minutes, données transférées...)

Mais c’est également un formidable pied de nez aux opérateurs qui ont dépensés des fortunes dans leurs licences UMTS dans les années 2000. Il faut se rappeler les 100 milliards d’euros dépensés sur les marchés allemand et anglais dans l’achat de licences…

Si cette manne financière a donné de l’oxygène aux finances de ces deux états, elle a également mis nos opérateurs européens dans une situation qui a failli être critique. Notons au passage qu’avec la clairvoyance et la capacité d’anticipation bien connue chez nos dirigeants français notre pays n’a récolté que 600 millions d’euros par opérateur, ce qui était une sage décision de la part de l’état français au moment où on été mis aux enchères les licences mais qui aurait pu être bien supérieur si cette procédure d’attribution avait été plus rapide…

Technologies disruptives

J’utilise ce terme avec parcimonie car l’un de mes amis m’a fait remarqué qu’il était déposé !

Quoiqu’il en soit la dualité entre l’UMTS et le Wimax me renvoie 15 ans en arrière lorsque je faisais parti d’un groupe de travail au ministère de l’Industrie (SERICS) sur la télé du futur. Le grand sujet de l’époque était la TVHD , comme quoi ce n’est pas un sujet bien nouveau. A ce moment les grands industriels européens et japonais essayaient de promouvoir une technologie de HD, évolution des formats existants. A l’inverse les Etats-Unis cherchaient à s’appuyer sur une norme en devenir : le MPEG.

Les débats au sein du groupe de travail ont été houleux avec les partisans, souvent les industriels et les universitaires, et les opposants dont je faisais parti qui préconisaient de s’orienter sur des standards et des technologies plus prometteuses et soutenues par un plus grands nombres d’acteurs.

Il me semble que nous sommes dans la même situation.

D’un coté les opérateurs mobiles et les équipementiers qui visent, bien sûr, la transition en douceur de leurs équipements et services sans remettre en cause le modèle économique de base. De l’autre, des acteurs du monde Internet, pour lesquels seul compte l’efficacité,  qui constatent que la technologie IP est largement répandue et que le Wimax pourrait permettre d’étendre son champ d’action au nomadisme.

Cela entraîne plusieurs questions : ces technologies sont-elles fiables, au point ou prête à l’être, quel réseau va être le moins coûteux à déployer, est-ce que la convergence avec l’Internet va être un facteur clé de succès, quid des licences ?

Les licences

C’est le dernier point le plus épineux en France, car il semble que l’organisme de régulation comme les opérateurs aient sous estimé le Wimax. A ce jour, seul Free, qui a vu sa licence nationale confirmée, peut déployer une offre sur tout le territoire. Tous les autres acteurs sont dans une impasse.

Faudra-t-il permettre d’autres attributions de licences ? Très certainement. Je suis par contre très septique lorsque j’entends qu’il pourrait y avoir l’attribution d’une quatrième licence de téléphonie mobile de 3ème génération.

A ce jeux c’est encore Free qui pourrait jouer les trublion car sans cet opérateur Internet il y fort à parier que pour des raisons industrielles, les opérateurs de téléphonie mobile choisissent de déployer des réseaux HSDPA qui convergeront ensuite vers de la connexion IP. Cette approche permettrait aux différents acteurs de rentabiliser leurs investissements en licences et équipements et de faire migrer tranquillement leurs abonnés vers l’IP en 2008 – 2009. Avec Free, sa licence nationale et la volonté de déployer un réseau sur 2006 et 2007, ce scénario pourrait bien voler en éclat.

Free ne détient pas seul les clés de ce montage en France car il est dépendant de la disponibilité de technologies. Sur ce dernier point les différentes initiatives en Asie et aux Etats-Unis semblent donner raisons aux espoirs placés dans le Wimax, et le Wibro en Asie.

Petite revue, non exhaustive, de la situation.

Intel et Motorola viennent d’annoncer un investissement de 900 millions de dollars dans Clearwire, la société de Craig McCaw, pionnier du cellulair aux US, qui déploie des réseaux Wimax aux Etats-Unis et a commencé en Europe avec un réseau opérationnel en Belgique (avec MAC Telecom à Bruxelles, couverture actuelle plus de 50%) et chercherait des partenaires en France (rumeur). Pour le moment il faut utiliser des modems spécifiques comme avec l’expérience initiée au Canada (ici) mais les annonces récentes faites à Taipei et par les différents constructeurs asiatiques en terme d’infrastructure et terminaux mobiles laissent penser que des téléphones portables WIfi et Wimax pourraient être disponibles en quantité dès début 2007 (Samsung ici). Beaucoup de spécialistes s’accordent pour dire que ce type de technologie va considérablement réduire les coûts pour les utilisateurs et que le modèle des opérateurs mobiles va fusionner avec celui des opérateurs Internet.

Pour Ed Zender, le CEO de Motorola, il ne fait aucun doute que le Wimax va se substituer aux autres technologies pour les mobiles. Il y a cependant un rapport de Moody’s, acteur de la recommandation financière qui contredit cela, en affirmant récemment que le marché de la voix sur IP ne représentera que 5 à 10% des communications en 2010. Je ne partage pas cette hypothèse que je trouve trop basse.

Le réseau déployé par Clearwire va être basé sur une pré version de Wimax à 1,5 Mb/s, pour les puristes standard IEEE 802.16e-2005. Clearwire vient également d’annoncer un accord avec AOL qui pourrait revendre une offre co-brandée.

J’ai d’ailleurs émis de telles hypothèses dans l’Interview que j’ai faite pour Olivier sur son site sur les risques pour les opérateurs mobiles et les FAI dans les deux années qui viennent.

Même si le type d’infrastructure Wimax est moins robuste, pour le moment, en terme de stabilité de services, que celles proposées par les équipementiers télécom traditionnels, ce sont les clients qui vont trancher car les coûts d’abonnements et surtout les services offerts par un accès Internet nomade voix/data sont déterminants dans le choix des consommateurs. Il suffit de se souvenir des débuts un peu chaotiques de la voix sur IP avec Skype et autres services IP (coupures intempestives, mauvaise qualité de réception…) pour voir à quelle vitesse les consommateurs ont adoptés ces offres et comment la qualité s’est améliorée.

Il ne fait pas bon être opérateur car les choix industriels dans les prochains mois pourraient conditionner leur avenir.

Il ne faut pas penser néanmoins que les opérateurs FAI sont dans une meilleure situation car ils sont également face à une technologie disruptive (tant pis pour le droit d’auteur) avec le remplacement programmé de l’ADLS sur paire de cuivre par de la fibre optique jusqu’à l’abonné.

Ces deux industries, amenées à converger, vont devoir redéployer un nouveau réseau dans les 5 prochaines années et les investissements sont de l’ordre de plusieurs milliards d’euros à chaque fois. Avec la pression des opérateurs de portails et de services, l’inflation des droits de diffusion de contenus etc.. La compétition est relancée entre les opérateurs télécom, les médias et les infomédiaires.

Articles en relation :

Samsung annonce des téléphones portables Wimax pour 2007

Des opérateurs de téléphonie mobile et des constructeurs s’associent pour créer un système d’exploitation ouvert.

210 millions de téléspectateurs sur terminaux mobiles en 2011

Votre PC sur un mobile avec SoonR

La télévision sur IP se développe rapidement aux Etats Unis

Deux services Wimax lancés au Canada préfigurent-il l’offre de Free ?

Des lecteurs audio wifi pourraient concurrencer les services musicaux des opérateurs mobiles.

La startup Itiva annonce une technologie révolutionnaire dans l’échange de vidéos sur Internet

Ericsson se lance dans les applications IPTV

Google installe sa technologie de recherche chez un opérateur mobile au Japon

TV sur mobile en grand écran ?

Paiement sur mobile : DoCoMo lance un service au Japon

Nokia et Visa lancent un projet de paiement avec un mobile

Paypal, filiale d’ebay propose le télépaiement via son mobile.

Interview sur les opérateurs télécom

La guerre des géants du logiciel, de l’Internet et des médias est déclarée

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

mandareen 07/07/2006 13:46

à quand les premiers téléphone mobile wimax sur Paris ?
m a n d a r e e nle mobile sans les pépins

Philippe A 06/07/2006 18:46

Bonjour
Le wimax est une alternative interessante. Free pourrait d'ailleurs "s'amuser" à déployer un réseau national alternatif à celui de FT pour économiser les 9 euros reversés à FT pour le dégroupage mais je pense que le risque serait trop grand.
En vrac, quelques difficultés à ne pas oublier pour le wimax :
- pour l'instant il s'agit d'un accès sans fil mais pas encore nomade. Une prochaine version sera capable de gérer le handover entre 2 bornes.
- les utilisateurs branchés sur une même antenne wimax partagent le débit. L'opérateur qui déploiera le wimax en tissu urbain devra assurer une bonne densité d'antennes et de secteurs par antenne pour ne pas être déceptif
- dans les pays développés les points hauts permettant d'installer des antennes "valent chers". Les patrimoines de sites  sont contrôlés plus ou moins directement par les opérateurs ou par des towers company type TDF avec qui il faudrait dealer. De plus les signaux wimax sont plus puissants que les autres signaux, le déploiement d'un réseau wimax dans un tissu urbain devra donc affronter la résistance es lobbies "anti-ondes" qui deviennent puissants
- tant que plusieurs pays à "grande surface" (Chine, Inde, Brésil, ...) n'ont pas déployé le wimax, le prix unitaire des composants reste élevé
Bref, le ROI d'un déploiement Wimax me paraît encore discutable dans un pays développé.
De plus il s'agit d'un accès à internet dont l'usage "libre" (neutralité internet) est vigoureusement combattu par les opérateurs télécoms, ces derniers ayant réussi à faire valoir leurs points auprès du Congrès et du Sénat US. Ce point ne représente pas encore une menace forte et concerne plutôt la bataille pour les usages video mais est symptomatique de l'énergie que les opérateurs sont désormais prêts à mobiliser pour défendre leurs business, cela mérite d'être surveillé attentivement.
Encore bravo pour votre blog

Edgeminded 06/07/2006 20:04

Je prépare pour demain une réponse à votre question concernat Free avec le Wimax et surtout les raisons de sa demande de licence MVNO pour gérer le transfert et la complémentarité GSM actuel couverture globale avec la voix sur IP en WIFI et Wimax de déploiement prgressif.

Articles Récents