Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 18:09

Le problème de compatibilité entre nos différents terminaux électroniques commence à devenir préoccupant et une demande a été émise à lors d’une conférence internationale cette semaine pour une convergence fluide.  
La demande émane de scientifiques qui prédisent l’accroissement de l’usage de terminaux mobiles connectés via des signaux radios. Mais au-delà de ce vœu pieu qui permettrait aux utilisateurs d’interconnecter tous leurs appareils sans se préoccuper de leur localisation, il existe de vraies guerres industrielles et commerciales.

Rien qu’entre la 3G et le Wimax, les enjeux entre constructeurs et opérateurs rendent difficiles une convergence rapide.

D’un coté le monde de télécommunication représenté par les opérateurs (SFR, Orange et Bouygues en France) et les équipementiers (Alcatel, Nortel, Ericsson…). Ces acteurs qui disposent d’infrastructures et d’équipements existants poussent à l’évolution en douceur du GSM actuel vers le HSDPA et une convergence lointaine vers le tout IP. Ceci afin de garder la maîtrise de leur clientèle et éviter le gratuit avec la voix sur IP.

De l’autre les constructeurs de composants informatiques et les nouveaux entrants qui possèdent des licences Wimax. Ce dernier groupe milite pour le déploiement d’infrastructure Wimax, avec Handover, qui pourrait purement et simplement remplacer les réseaux GSM existants et servir à la fois pour le transport de la voix sur IP et l’accès à Internent.

Le groupe précédent voie cela d’un mauvais œil car cela signifierait que les investissements actuels dans les infrastructures ne leur serviraient plus comme barrière d’entrée pour de nouveaux concurrents. Sans parler des états européens qui ont vendu des licences UMTS pour plus de 100 milliards d’euros en Europe. Que faire dans ce cas ? Rembourser les opérateurs ou les laisser en concurrence contre de nouveaux entrant qui ont payé leurs licences quelques dizaines de millions ? Pas simple à trancher. Comme on le voit, le problème n’est pas seulement technique, il est également politique.

Tant que les opérateurs actuels pourront bloquer le marché, il n’y aura pas d’évolution. Le salut pourra venir de plusieurs facteurs concomitants : le déploiement d’infrastructures Wimax par des opérateurs nouveaux, comme Free en France, qui ont une licence nationale ; la baisse rapide des composante Wimax rendue possible par une large adoption du monde informatique et enfin par des initiatives comme celle de Jajah qui permettent aux utilisateurs de GSM de téléphoner à l’étranger via un numéro local rerouté en mode IP (voir article sur Techcrunch ici).

Pour ma part, je pense que le monde de l’informatique va l’emporter et il semble que ce soit également l’idée de Free lorsque le groupe à racheté Altitude Telecom.

Si d’autres initiatives comme Jajah se développent, les opérateurs actuels n’auront plus le choix et devront rapidement migrer leurs réseaux car leur modèle économique est bien adapté au paiement à l’acte (à la minute) mais peu au forfait pour une consommation illimitée.

Christian Jegourel

Articles en relation :

Des opérateurs de téléphonie mobile et des constructeurs s’associent pour créer un système d’exploitation ouvert.

Fournisseurs d’accès Internet et opérateurs mobiles, scénario pour une recomposition de la chaîne de valeur.

Le Wimax va-t-il faire exploser l’équilibre entre les opérateurs mobiles et les FAI ?

Vodafone se lance dans le fixe

FAI et fibres optiques, la bataille a commencé, Noos comme joker ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents