Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 15:38

Depuis le 6 octobre et les indiscrétions du Wall Street Journal, la planète web s’agite autour d’une possible acquisition du site vidéo leader par Google pour 1,6 milliards de dollars.

Il semble que toutes les grandes entreprise US impliquées dans les médias et l’Internet aient visité YouTube ces dernières semaines de Microsoft, Yahoo, Viacom à News Corp et donc les rumeurs de rachat possible vont bon train.

Mais au-delà de ces rumeurs et l’importance de la somme qui est à rapprocher du presque 1 milliards estimé pour le rachat de Facebook par Yahoo (qui n’a finalement pas eu lieu), c’est l’intérêt même de cette acquisition qui est à étudier. YouTude dessert plus de 100 millions de vidéos par jour et représente un formidable aspirateur d’audience mais il est également très dépendant de MySpace et de Google lui même. En septembre, 16,2 % du trafic de YouTube émanait de MySpace et 10,7% émane de Google. Cela tend à démontrer que le modèle économique de YouTube s’intègre dans un écosystème où le moteur de recherche et les sites communautaires ont une grande place. Dans ce contexte, qui a plus besoin de l’autre ? Est-ce Google qui a besoin de YouTube ou le contraire. Pour le premier, le modèle économique est bien rodé, pour le second il reste encore à démontrer et les coûts de bande passante de 100 millions de vidéos par jour représentent des frais fixes considérables. Il faut maintenant monétiser tout cela d’autant que les ayants droits vidéos commencent à s’agacer de trouver sur YouTube des clip vidéo et autres extraits. Il me semble clair que pour les fondateurs de YouTube, une acquisition serait une excellente porte de sortie car une entrée en bourse est risquée compte tenu des possibles procès en cascade qui ne manquerait pas de survenir de la part des majors qui ne voudront certainement voir encore grossir ce concurrent à leurs portails. Et cela, même si le prix de 1,6 milliards de dollars est inférieur à l’estimation haute réalisée dans la pré IPO de 2 milliards. D’après un analyste de Forrester Research, YouTube a environ 50 millions d’utilisateurs dans le monde ce qui ferait 32 dollars par utilisateurs.

Pour Google l’intérêt existe à plusieurs niveaux. Le prix à payer n’est pas exorbitant pour une entreprise qui vaut 130 milliards de dollars en bourse et qui a un cash de 10 milliards. Même s’il lui faut payer en cash cela reste tout à fait raisonnable d’autant qu’il s’agira certainement d’un mixte cash/actions. Quand aux risques de procès, ils sont plus faibles face à Google qui est beaucoup plus gros et a déjà des relations avec les majors. Certains gros possesseurs de droits y regarderaient à deux fois avant d’attaquer en justice un partenaire commercial de cette taille.

Pour le moteur de Mountain View, l’apport de YouTube peut s’envisager sous plusieurs angles : renforcer son audience et introduire des liens sponsorisés dans l’accès aux vidéos de YouTube, empêcher un concurrents comme Microsoft de mettre le main sur un géant de l’audience qui pourrait s’en servir comme levier dans l’espace communautaire, passer d’une part de marché de la vidéo de 10 à 56% d’un seul coup avec un joli ticket pour commercialiser des contenus audiovisuels et concurrencer les portails de News Corps et MSN, etc…

Il y aurait également un gros intérêt pour Microsoft qui pourrait par ce biais revenir sur MySpace dans la course aux sites communautaires en rajoutant à YouTube, la dimension espace social texte mais MS n’est pas habituer à payer si chère ses acquisition et n’offrira certainement pas les même garanties, en termes de continuité, pour les fondateurs de YouTube que Google. Quand à News Corp, sa position dominante avec MySpace lui permettra d’acquérir un service de moindre importance mais beaucoup moins cher (Daily Motion en pense quoi ?) pour compléter sa gamme de service. Un accès privilégié depuis MySpace permettrait même d’affaiblir YouTube… AOL pourrait également être intéressé pour renforcer le nouveau Netscape mais il semble ne pas être dans la course.

Je pense donc que cette acquisition par Google est possible et a du sens, reste maintenant à savoir si les dirigeants de ses deux entreprises réussiront à trouver un terrain d’entente.

Articles en relation :

Microsoft met la pression sur Youtube et MySpace en diffusant des concerts en « live »

Facebook et YouTube à vendre pour 2.5 milliards de dollars ?

Rupert Murdoch annonce que MySpace Videos dépassera YouTube dans 60 jours

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Articles Récents