Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 10:51

Dans une interview parue ce matin dans le Figaro, Richard Parsons indique qu’il ne croit pas au déclin de la presse et de la télévision.

Cette déclaration va ravir les tenants des médias traditionnels mais il faut néanmoins lire entre les lignes et imaginer qu’il puisse se tromper partiellement ou ne pas tout dire. Avant de détailler ses déclarations il semble important de dire qu’avec Internet nous sommes face à des technologies qui font éclater le statut quo établi depuis des décennies dans  les médias. Quels sont-ils ?

Les médias dits traditionnels sont circonscrit à des règles bien établies. Des fréquences attribuées par la loi, des contraintes de fabrication et de diffusion, des limitations de la concurrence et de la nature des données diffusées (texte, image, son, vidéo), du délai de fabrication du contenu diffusé (temps réel pour la TV et la radio, quotidien à mensuel pour les supports papier) etc… J’ai largement détaillé ces aspects dans des articles précédents. Donc l’arrivée d’Internet bouleverse cet univers bien stable. Avec Internet le coût de diffusion est quasi nul, vous pouvez diffuser du texte, du son, de l’image ou de la vidéo. Vous pouvez créer des nano médias à l’infini et donc le nombre potentiel d’espaces est considérable. Il me semble donc étrange de dire qu’Internet ne va pas « tuer » les médias traditionnels. Je pense qu’il faut analyser ses propos avec une autre grille de lecture qui est de dire que dans l’absolu il restera toujours des chaînes de TV et des journaux. La vraie question c’est de savoir dans quelle proportion et comment seront-ils organisés par rapport aux médias Internet. Je rappelle que tant en Europe qu’aux Etats-Unis, Internet a dépassé la presse comme média favori de nos concitoyens. Cela ne peut pas ne pas entraîner des substitutions. Parsons précise d’ailleurs que le secteur « Presse » de son groupe stagne alors que les autres secteurs sauf le cinéma progressent. Pour le cinéma il s’agit d’une activité cyclique qui dépend énormément de quelques films blockbusters et il n’y en a pas tous les ans pour tous les studios. Je trouve d’ailleurs entre parenthèse que la production américaine ces trois dernières année est relativement pauvre en scénario.

Qu’a dit Parsons

Premièrement il indique que la musique et le livre ne sont plus des activités à forte croissance. C’est sympa pour Lagardère qui a racheté la division livre, je m’étais déjà étonné de ce rachat sans y trouver un intérêt majeur. Parsons décrit donc qu’il entretient « son jardin » et que le périmètre de son groupe s’adapte aux évolutions. Il indique implicitement qu’Internet va prendre de plus en plus de place dans Time Warner.

Autre point important il justifie la vente de la partie « accès » d’AOL Europe en indiquant la séparation du marché de l’accès et de l’audience. C’est une évolution que j’ai déjà détaillée, tant pour l’Internet que pour le mobile, qui est le même marché à terme d’ailleurs.

La question concernant la concurrence de Yahoo et Google est intéressante. Je pense que l’interview à eu lieu avant l’annonce du rachat de Youtube. Parsons élude néanmoins la question en indiquant que ces infomédiaires sont également des partenaires et pas seulement des concurrents. Ce qui est parfaitement vrai pour certaines branches de Times Warner mais comme le groupe est intégré de la production à la distribution il y a fatalement des points de recouvrement. C’est néanmoins cette intégration qui lui permet de contrôler une partie de la chaîne de valeur et de pouvoir résister aux assauts des géants du net. Un modèle d’intégration dont pourrait s’inspirer les médias français si nos lois sont adaptées dans ce sens.

Parsons termine en affichant une volonté d’expansion à l’international où se trouve, selon lui, des marges importantes de croissance. Compte tenu des législations sur les chaînes de TV  et les radios, la stagnation du marché « papier », la croissance pourrait bien venir d’Internet à l’instar de la stratégie de News Corp qui va s’appuyer sur ses sites leaders, Myspace en tête pour diffuser ses contenus produits par la Fox. TF 1, M6 et Canal, vous êtes assis sur une bombe à retardement. Où en êtes-vous dans votre stratégie d’adaptation aux évolutions du monde de la communication ? Vous pouvez répondre par des commentaires ou nous envoyer un communiqué, il sera diffusé intégralement et commenté bien sûr.

Christian Jegourel

Articles en relation :

Fournisseurs d’accès Internet et opérateurs mobiles, scénario pour une recomposition de la chaîne de valeur.

News Corp se désengage de Direct TV pour se concentrer sur Internet.

News Corp se déchaîne sur Internet

Neuf Cegetel s’empare de l’accès Internet d’AOL France pour 288 millions d’euros.

Les entreprises de medias engagent la bataille sur Internet

Les réorganisations de TF1 et de Largardère sont-elles réellement engagées ?

Pourquoi les médias français ratent le virage Internet

TF1 teste sa nouvelle stratégie sur Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Articles Récents