Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 18:48

 retrouver l’intégralité de cet article avec les vidéos de la conférence de presse ici

Certain l’ont peut être oublié un peu vite mais le câblo-opérateur issu des rapprochements successifs pourrait revenir en force sur le marché avec des offres enfin homogènes et compétitives. Un réseau câblé c’est un réseau de fibre optique et les dirigeants de Noos-Numéricable l’ont bien compris.

Introduction par le patron du groupe Ypso : Patrick Drahi

Deux actionnaires Cinven et Altice, entreprise de droit Luxembourgeoise fondée par Patrick Drahy. Détail des étapes et des grandes dates qui ont conduit à la constitution de cet acteur national.

La stratégie est limpide et j’avais émis cette hypothèse dans cet article (ici).

Et bien Noos l’a fait sans rien dire à personne en mettant à jour son réseau à raison de 10000 foyers par jour.

Dans les fait cela signifie que le groupe arrive avec de la fibre jusqu’à l’immeuble (FTTB) et dessert le résidentiel avec du coaxial. Cette technologie permet d’offrir un débit très largement supérieur à l’ADSL puisque l’offre proposée aujourd’hui est déjà de 100 Mb/s en voie descendante annoncée à 50 Mb/s en voie montante. D’après les responsables du groupe cela pourrait encore être largement augmenté dans les prochains mois. In fine, c’est le modem qui limite les capacités et l’opérateur se tourne vers Cisco. Comme en informatique avec le loi de Moore, il est probable qu’à coût égal il y ait continuité d’augmentation des performance des boitiers. La question est de savoir sir les utilisateurs seront prêt à les renouveler et tous les combiens car dans l’offre Noos, c’est l’abonné qui finance le modem pas l’opérateur comme chez les FAI.

Un service universel.

Voici une proposition qui pourrait permettre de réduire la fracture numérique car pour 4 euros par mois vous pouvez disposer d’un accès Internet à 256 Kb/s, de 48 chaînes de TV (incluant les chaînes TNT) et d’une ligne téléphonique en mode réception (pour émettre il faut payer les communications). C’est, à mon avis, une offre intéressante pour démocratiser Internet dans les foyers les plus modestes.

Les différentes offres commerciales

L’offre est encore, à mon avis, un peu complexe avec des niveaux de tarification à géométrie variable (accès Internet, chaînes TV, téléphonie fixe France métropolitaine…). Face aux offres actuelles à 29,90 € les tarifs sont plus élevés mais il faut comparer point par point ce qui ne rend pas toujours la chose facile. Essayons de s’y retrouver.

Si j’habite une grande ville et que je suis abonné à l’ADSL avec une « box », que je suis à moins de 2km du DSLAM, j’ai accès à la TV sur ADSL, à de l’internet de 4 à 20 Mb/s . Si je ne suis pas intéressé par souscrire un bouquet de chaîne en plus et que la vitesse de ma connexion me suffit, les offres FAI sont plus intéressantes. Si je suis en dehors des 2 km du DSLAM, ma connexion tombe à moins de 2Mb/s, je n’ai plus accès à l’offre TV et je paye quand même 29.90 €/ mois. Si je peux avoir accès à une offre Noos-Numericable, cela mérite que j’étudie le dossier car pour 29,90 je peux avoir du 100Mb/s. Sans la TV ni le téléphone fixe. Il faut donc comparer réellement au cas par cas en fonction de ses propres besoins et de sa localisation. C’est pourquoi je trouve dommage que l’opérateur de câbles n’est pas proposé une offre directement concurrente des FAI avec pour 29,90 de l’accès, de la TV et du téléphone fixe illimité.

Les marques

Nous sommes aujourd’hui face à un acteur national et si les marques sont encore assez nombreuses bien qu’il y ait déjà eu des simplifications, il y aura certainement dans les prochaines années la naissance d’une marque commune multi services. Un lifting unificateur des logos illustre bien la tendance.

Travail effectué depuis le début des réseaux câblés, l’historique vu par le patron du groupe et le déploiement de la fibre jusqu’au immeubles : la vidéo.

Intérêt de la troisième licence et les fonctionnalités du décodeur (wifi, SIP etc..).

La question de YouVox sur l’intérêt pour la 4ème licence : 3G ou pas ? Avantage compétitif d’être déjà dans les immeubles ?

La réponse de Patrick Drahy en vidéo sur ici

La question de la candidature à la quatrième licence mobile reste un sujet qui soulève beaucoup de questions. Est-il encore pertinent pour un acteur industriel de se lancer sur ce marché en France alors que le marché est proche de la saturation. Comment rentabiliser 619 millions d’euros de licence plus environ 3 milliards d’euros pour installer les relais ? Si on se projette dans une demande future multi services on pourrait être tenté de penser que le multi play est nécessaire. C’est probable mais pas nécessairement en étant opérateur de l’infrastructure, surtout à ce niveau de prix. J’ai donc tenté d’en savoir plus off the record. D’après l’un des responsables du groupe « les gros acteurs mondiaux du secteurs ne sont pas encore arrivé en Europe pour une concentration sur plusieurs pays. Ces acteurs seront nécessairement intéressés par un acteur global qui possède une infrastructure mobile ». On comprend mieux la stratégie surtout avec Cinven comme investisseur majoritaire. Et vous qu’en pensez- vous ?

Article en relation :

FAI et fibres optiques, la bataille a commencé, Noos comme joker ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Articles Récents