Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 15:57

Thomas par vous

Je sais elle est facile mais bon c’est la reprise. Suite à sa conférence de presse de rentrée, le FAI a fourni des détails sur son plan de déploiement pour la fibre optique dans les 3 prochaine années.

D’après Maxime Lombardini, les principaux soucis techniques sont maintenant connus et intégré ainsi que les attentes sur les aspects légaux face à France Telecom. Tout cela est en passe d’être réglé grâce à l’Arcep.

Le déploiement n’est donc pas bloqué du côté de Free. L’offre n’est pas encore ouverte complètement sur Paris en raison du maillage de couverture. Free attend donc d’avoir un minimum d’abonnés sur une zone pour faire un marketing dédié qui puisse déclencher le passage à des abonnements fibre.

Les dépenses annoncées par Free sont en léger décalages par rapport aux investissements initiaux en partie du au cadre réglementaire qui s’est clarifié cet été.

La vidéo :

Articles en relation :

Free plus que jamais motivé sur le mobile, éclaircissements de Xavier Niel

Loi Hadopi, les FAI ont signé une feuille blanche ?

FTTH : ruée vers l’or ou course à échalote ?

Numéricâble joue sa dernière carte en 2008 ?

Free, Numéricâble, Bouygues Telecom : 2008 l’année de tous les dangers face à Orange et SFR Neuf

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 15:56

P1000529 par youvox2.0

Free et particulièrement Xavier Niel n’aiment pas la loi Hadopi et on le comprend, j’ai toujours pensé que c’était contre-productif (Rapport Olivennes, une réaction anachronique déjà dépassée et inapplicable ?). Outre l’aspect liberticide souligné par Xavier Niel, vouloir maintenir un modèle économique dépassé freine le développement de nouveaux acteurs et handicape la compétitivité de notre pays. J’avais écris sur le sujet il y deux ans : La licence globale est-elle en train de devenir effective ? et en 2005 Téléchargement gratuit : est-ce irréversible ?

Les FAI des collabos ?

Lors d’une conférence de presse de rentrée, Xavier Niel a eu l’occasion de s’exprimer sur ce sujet et ses propos sont, comme d’habitude percutants. « Les FAI ont choisi de collaborer dans toute la force de ce mot…collaborer avec le Ministère de la culture et de tout filtrer et tout écouter ».

Le fondateur de Free est choqué de la possibilité de certains fournisseurs d’accès de filtrer et d’ouvrir la correspondance internet de leurs clients.

Hadopi est une mauvaise loi

Xavier Niel insiste en précisant que préserver les intérêts de certains artistes qui gagnent beaucoup d’argent au détriment de la majorité n’a pas grand sens.

Il serait préférable de favoriser le développement de la licence légale

Les signataire de la loi Hadopi ont signer une feuille blanche ?

Le dirigeant d’Iliad revient sur la genèse de la loi Hadopi et souligne le talent de Denis Olivennes d’avoir réuni tous les intervenants de manière séparée et de leur avoir fait signer une feuille blanche.

De cette manière aucun ne sait réellement ce que les autres ont signés. Tout le monde a signé un document différent et tous les intervenants ont découvert le texte lors du communiqué de presse.

Quoiqu’il en soit Free ne filtrera aucun contenu et n’a pas l’intention de la faire. Tout comme le souligne, Maxime Lombardini, les ayants droits n’ont pas fait le début d’un progrès sur une offre légale.

Xavier Niel termine sur un « éloge » de la Ministre de la culture que je vous invite à voir sur la vidéo car ça ne se raconte pas.

Articles en relation :

- Free plus que jamais motivé sur le mobile, éclaircissements de Xavier Niel

- Rapport Olivennes, une réaction anachronique déjà dépassée et inapplicable ?

- Le parti de gauche suédois veut libéraliser le partage de fichiers, et en France ?

- La plateforme de peer to peer, Vuze lève 20 millions de dollars de plus

- Le site de téléchargement The Pirate Bay se déplace en Egypte

- Neuf Cegetel et France Telecom relancent la question de la licence globale

- Les pensées de Steve Jobs

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 15:53

P1000531 par vous

Malgré différents détracteurs et les nombreux obstacles politiques à l’obtention de la 4ème licence mobile, le second FAI Français, depuis le rachat d’Alice, est plus que jamais motivé.

Avec une base 4 millions d’abonnés, Free compte bien transformer au moins 20% de cette base en abonné mobile.

Xavier Niel explique par ailleurs qu’une offre MVNO ne permet pas de gagner de l’argent car on reste trop dépendant de l’opérateur hôte. Il semble surtout que Free cherche à obtenir une quatrième licence pour déployer du Wimax et qu’un accord MVNO basé sur les réseaux actuels n’est pas très intéressant.

Xavier Niel propose sur le mobile de réduire de l’ordre de 50% les coûts d’abonnement d’un foyer qui comporterait 3 forfaits, soit 1000 euros d’économie par an en augmentant la consommation des abonnés. On comprend, si les chiffres sont vérifiés, que les trois autres opérateurs voient d’un mauvais œil l’arrivée de Free sur ce marché.

Free pense par ailleurs qu’il est nécessaire d’avoir un 4eme opérateur pour favoriser la concurrence. C’est vrai que nos tarifs sont exorbitants par rapport aux Etats-Unis. Quelqu’un ma famille, abonné de Verizon Wireless paye 80 dollars par mois pour 1000 minutes, oui il n’y a pas de faute de frappe c’est bien 1000 minutes. On voit le différentiel….

Iliad cherche donc à faire réviser à la baisse le prix de la licence en proposant une bande de fréquence plus faible et une durée de la licence réduite. Le FAI propose donc par ce biais environ la moitié des 619 millions d’euros demandé.

Free s’appuis sur plusieurs arguments pour demander cela, notamment sur le fait que les trois autres opérateurs ont bénéficiés de licences 2G gratuites et ont engrangés du cash pour payer les coûts de la licence 3G. Un nouvel entrant n’ayant pas eu cet avantage, Free considère logiquement qu’il doit y avoir aménagement.

Xavier Niel précise l’intention du groupe de déployer un large réseau afin de réduire les coûts d’accès au roaming sur un autre opérateur.

Maxime Lombardini, le DG de Free, s’étonne d’ailleurs de la demande des opérateurs existants de se partager les fréquences de la 4eme licence pour accroître les capacités de leurs réseaux sachant qu’en Europe tous les opérateurs mobiles fonctionnent avec un maximum de 15 MHz malgré des repartions géographiques plus complexes et qu’ils sont souvent plus de 3 par pays.

Il faut néanmoins reconnaître que dans certaines zones très peuplées, les réseaux actuels saturent déjà et que la 4G va être nécessaire pour soulager les infrastructures actuelles.

Free est intéressé par les 15 MHz ou par 10 MHz suivant les schémas de l’Arcep qui conduisent à scinder l’appel d’offre initial.

P1000539 par vous

La position de Free sur le Wimax

C’est clairement la technologie sur laquelle Free compte s’appuyer. Le FAI déploie déjà un arrondissement parisien et cela prend un peu de retard. Il s’agit d’un test en grandeur nature avec 30 point hauts. Xavier Niel souligne d’ailleurs qu’il est assez facile de trouver ces ponts hauts contrairement à leurs craintes initiales. Ce déploiement se fait grâce à la licence wimax nationale que possède Free mais rappelons qu’elle interdit le passage automatique de cellule à cellule (hand over) et se positionne plutôt comme une offre nomade.

Si Free obtenait la 4eme licence, les équipements installés deviendraient directement des cellules mobiles puisqu’il n’y aurait besoin que d’une mise à jour logicielle.

Le retard est semble-t-il imputable aux équipements Wimax qui ne sont pas encore mature en exploitation. Le Fai avance y compris dans les négociations avec des partenaires pour ce projet. Dès que la technologie sera stable, le déploiement se fera à plus large échelle.

La vidéo des échanges :


Articles en relation :

- Dossier Wimax : 1 # La situation dans le monde

- Dossier Wimax : 2 # La situation particulière en France

- Dossier Wimax : 3 # l’UMTS sature déjà

- Matignon envisage une division en plusieurs lots de la 4ème licence 3G, du bon et du mauvais

- 4ème licence mobile le lobbying de Bouygues et de France Telecom l’a-t-il emporté

- Le Wimax, cheval de Troie des câblo américains face aux opérateurs télécom ?

- Le Wimax approuvé par l’ITU comme standard mobile

- Samsung pénètre le marché japonais du Mobile WiMAX

- Cisco rachète Navini, un équipementier Wimax, pour 330 millions de dollars

- 50 millions de terminaux Wimax en 2008 aux Etats-Unis

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 11:15

Le groupe de médias et le moteur de Mountain View ont annoncé avoir signé un accord permettant à Google de commercialiser des espaces publicitaires sur les chaînes câblées de NBC.
Dans un premier temps cela ne concerne que 6 chaînes dont CNBC, MSNBC, Oxygen, Sci-Fi mais cela pourrait être étendu à d’autres chaînes du groupe.

C’est Microsoft qui doit être content avec MSNBC….

Cet accord renforce la stratégie de Google d’étendre son influence multi supports. Après la presse et la radio, Google entre par la grande porte dans la télévision.

L’objectif commun des deux entreprises est de mieux analyser les comportements des consommateurs d’un média à l’autre afin de permettre aux annonceurs d’avoir un meilleur retour sur investissement et de mieux cibler leurs campagnes.

Un partage de revenu est prévu mais sans précision.

Articles en relation :

Viacom signe avec Microsoft, des clans se forment ?

Google Gadgets Ads : nouvelle forme publicitaire qui vise les plus grands annonceurs

NBC et Nissan signe un contrat publicitaire multi supports. Publicité 2.0, quel risque pour les chaînes

La triangulation publicitaire, un nouveau concept de campagne multi supports

Google test la publicité dans le flux vidéo

Google vient de déposer un brevet sur les panneaux d’affichages numériques

Microsoft étudie la possibilité d’élargir son offre publicitaire aux médias traditionnels

Google perd des parts de marché dans la pub aux US

Google va développer la publicité en peer to peer

Google et Clear Channel signe un accord dans la radio

Google poursuit dans la publicité télé

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 11:08

P1000531 par vous

Malgré différents détracteurs et les nombreux obstacles politiques à l’obtention de la 4ème licence mobile, le second FAI Français, depuis le rachat d’Alice, est plus que jamais motivé.

Avec une base 4 millions d’abonnés, Free compte bien transformer au moins 20% de cette base en abonné mobile.

Xavier Niel explique par ailleurs qu’une offre MVNO ne permet pas de gagner de l’argent car on reste trop dépendant de l’opérateur hôte. Il semble surtout que Free cherche à obtenir une quatrième licence pour déployer du Wimax et qu’un accord MVNO basé sur les réseaux actuels n’est pas très intéressant.

Xavier Niel propose sur le mobile de réduire de l’ordre de 50% les coûts d’abonnement d’un foyer qui comporterait 3 forfaits, soit 1000 euros d’économie par an en augmentant la consommation des abonnés. On comprend, si les chiffres sont vérifiés, que les trois autres opérateurs voient d’un mauvais œil l’arrivée de Free sur ce marché.

Free pense par ailleurs qu’il est nécessaire d’avoir un 4eme opérateur pour favoriser la concurrence. C’est vrai que nos tarifs sont exorbitants par rapport aux Etats-Unis. Quelqu’un ma famille, abonné de Verizon Wireless paye 80 dollars par mois pour 1000 minutes, oui il n’y a pas de faute de frappe c’est bien 1000 minutes. On voit le différentiel….

Iliad cherche donc à faire réviser à la baisse le prix de la licence en proposant une bande de fréquence plus faible et une durée de la licence réduite. Le FAI propose donc par ce biais environ la moitié des 619 millions d’euros demandé.

Free s’appuis sur plusieurs arguments pour demander cela, notamment sur le fait que les trois autres opérateurs ont bénéficiés de licences 2G gratuites et ont engrangés du cash pour payer les coûts de la licence 3G. Un nouvel entrant n’ayant pas eu cet avantage, Free considère logiquement qu’il doit y avoir aménagement.

Xavier Niel précise l’intention du groupe de déployer un large réseau afin de réduire les coûts d’accès au roaming sur un autre opérateur.

Maxime Lombardini, le DG de Free, s’étonne d’ailleurs de la demande des opérateurs existants de se partager les fréquences de la 4eme licence pour accroître les capacités de leurs réseaux sachant qu’en Europe tous les opérateurs mobiles fonctionnent avec un maximum de 15 MHz malgré des repartions géographiques plus complexes et qu’ils sont souvent plus de 3 par pays.

Il faut néanmoins reconnaître que dans certaines zones très peuplées, les réseaux actuels saturent déjà et que la 4G va être nécessaire pour soulager les infrastructures actuelles.

Free est intéressé par les 15 MHz ou par 10 MHz suivant les schémas de l’Arcep qui conduisent à scinder l’appel d’offre initial.

P1000539 par vous

La position de Free sur le Wimax

C’est clairement la technologie sur laquelle Free compte s’appuyer. Le FAI déploie déjà un arrondissement parisien et cela prend un peu de retard. Il s’agit d’un test en grandeur nature avec 30 point hauts. Xavier Niel souligne d’ailleurs qu’il est assez facile de trouver ces ponts hauts contrairement à leurs craintes initiales. Ce déploiement se fait grâce à la licence wimax nationale que possède Free mais rappelons qu’elle interdit le passage automatique de cellule à cellule (hand over) et se positionne plutôt comme une offre nomade.

Si Free obtenait la 4eme licence, les équipements installés deviendraient directement des cellules mobiles puisqu’il n’y aurait besoin que d’une mise à jour logicielle.

Le retard est semble-t-il imputable aux équipements Wimax qui ne sont pas encore mature en exploitation. Le Fai avance y compris dans les négociations avec des partenaires pour ce projet. Dès que la technologie sera stable, le déploiement se fera à plus large échelle.

La vidéo des échanges :


Articles en relation :

- Dossier Wimax : 1 # La situation dans le monde

- Dossier Wimax : 2 # La situation particulière en France

- Dossier Wimax : 3 # l’UMTS sature déjà

- Matignon envisage une division en plusieurs lots de la 4ème licence 3G, du bon et du mauvais

- 4ème licence mobile le lobbying de Bouygues et de France Telecom l’a-t-il emporté

- Le Wimax, cheval de Troie des câblo américains face aux opérateurs télécom ?

- Le Wimax approuvé par l’ITU comme standard mobile

- Samsung pénètre le marché japonais du Mobile WiMAX

- Cisco rachète Navini, un équipementier Wimax, pour 330 millions de dollars

- 50 millions de terminaux Wimax en 2008 aux Etats-Unis

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 11:07
Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:53

Le parti de gauche suédois s’est prononcé en faveur d’une légalisation du partage de fichiers, y compris sous droits d’auteurs, pour un usage privé. Le parti suédois qui possède 22 sièges de député ç l’assemblée du pays argumente son vote en expliquant que le partage de fichiers pour un usage privé s’assimile à une bibliothèque virtuelle.

Il faut préciser que le pays d’origine de Pirate Bay, l’un des plus gros site de torrents, est peut être plus sensible que d’autres à ce problème et surtout a compris qu’il était impossible d’endiguer le phénomène. The Pirate Bay qui avait commencé à avoir d’ennuis judiciaires en Suède a simplement déplacé ses serveurs en Egypte et repris tranquillement ses activités.

Ce parti demande également une remise à plat complète du droit d’auteur afin de s’aligner plus souplement sur les nouveaux modes de consommation des contenus sur internet.

Pendant ce temps là en France on en est à réfléchir sur la lois hadopi alors que le rapport Attali dit exactement le contraire avec la licence globale. J’ai d’ailleurs posé la question à Jacques Attali il y a quelques jours ce cette ambigüité et sa réponse à été très claire : « de toute manière toutes les tentatives pour filtrer internet échoueront » comme cela on est fixé même si cela a toujours été notre opinion sur YouVox Tech (voir notre article en 2005 : Téléchargement gratuit : est-ce irréversible ?

Article en relation :

Le site de téléchargement The Pirate Bay se déplace en Egypte

Mininova fête son 5 milliardième lien torrent téléchargé

Rapport Olivennes, une réaction anachronique déjà dépassée et inapplicable ?

Neuf Cegetel et France Telecom relancent la question de la licence globale

BitTorrent s’achète une bonne conduite et se lance dans la VOD

Peer to peer, la pression monte sur Comcast

Musique en ligne : l’après DADVSI

Le site de téléchargement musical russe allofmp3.com ferme… mais ouvre mp3Sparc.com

Les administrateurs de The Pirate Bay filmés dans un bus

The Pirate Bay attaque les majors en justice

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:52

Le grand gagnant de ces manœuvres est indiscutablement Google. Si la tentative de Microsoft de racheter le portail californien a pu un moment l’inquiéter, l’issue est un véritable succès pour le moteur de Mountain View.

Les deux perdants sont Microsoft mais surtout Yahoo lui-même. Car si l’opération, sous réserve de l’acceptation des autorités de la concurrence, est une bouffée d’oxygène à court terme qui devrait lui permettre de doubler son cash flow à 500 millions de dollars, à long terme c’est un renoncement pur et simple face à Google.
Hors les activités de Yahoo sont réparties entre la recherche, où il est numéro deux derrière Google et devant Microsoft, le portail de contenus et les sites de services comme FlickR. Le tout génère plusieurs centaines de millions de visiteurs uniques par mois dont 140 millions en Amérique du nord.

L’accord avec Google va générer 800 millions de dollars de recette publicitaires mais risque de réduire l’intérêt de l’offre commerciale de Yahoo. Pourquoi en effet annoncer sur Yahoo si Google peut également afficher ses adwords dans les univers du portail ?

Il n’est donc pas surprenant de voir les actionnaires de Yahoo furieux contre cette opération qui a détruit de la valeur par une baisse immédiate de l’action mais risque à long terme de marginaliser Yahoo comme un simple site de services/contenus.

La perte pour Microsoft est moins importante car il lui reste encore la possibilité de racheter AOL et de se renforcer dans Facebook qui vient de passer les 110 millions de visiteurs uniques en mai. De quoi offrir de l’audience pour ses futures offres de logiciels en ligne.

Qu’en a une option avec Yahoo il lui reste la possibilité de signer le même accord que Google puisque celui-ci n’est pas exclusif.

Conclusion dans les GYM c’est quand même Yahoo qui perd le plus mais reste indépendant.

Est-ce que le jeu en valait la chandelle ?

Qu’en pensez-vous, donnez nous votre avis en commentaire.

Articles en relation :

Microsoft : faut-il remplacer Steve Ballmer ?

Microsoft Yahoo : c’est loupé ... et tant mieux !?

Microsoft Yahoo, ce n’est peut être pas fini

Microsoft Yahoo, les dirigeants négocient en secret

Yahoo rejette l’offre de Microsoft, en première lecture…

Microsoft-Yahoo contre Google : les parts de marché respectives

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:50

Après l’échec de la prise de contrôle de Yahoo par Microsoft, pourtant stratégique dans son besoin d’accroître les services en ligne de l’éditeur, la question se pose de la responsabilité de son CEO.

Il est vital pour Microsoft d’accroître son audience en ligne pour faire évoluer son modèle de vente de licences de logiciels embarqués vers un modèle d’utilisation de services en ligne sur des terminaux « légers ». Dans ce combat avec Google qui surf sur une audience inégalée et des perspectives de croissance encore importante, il est stratégique que Microsoft mette la main sur un relai de croissance. Ses tentatives de croissance organique aillant échouées Yahoo lui aurait permis d’accroître sa « base » de clients potentiels de plusieurs centaines de millions de visiteurs uniques par mois.

Si l’on se réfère au résultat, il est patent que Steve Ballmer a échoué dans une opération stratégique pour le groupe. Les actionnaires de Yahoo ont réagi en exigeant la démission de Jerry Yang de son poste de DG, ceux de Microsoft pourraient faire de même chez Microsoft.

A moins que cela ne soit une volte face de la firme de Redmond qui a, entre temps, changer d’avis sur sa cible ?

Il faut reconnaître que même stratégique, 45 milliards de dollars c’est une sommes très importante pour Microsoft et que les opposants à ce plan avaient de bonnes raisons de douter de la rentabilité du rachat.

La seconde proposition de Microsoft visant à racheter des parties de Yahoo ou encore à signer des accords de partenariats s exclusifs semblait plus raisonnable mais beaucoup moins intéressant en terme de captation d’audience.

Une hypothèse fait jour avec les chiffres de la progression fulgurante du trafic de Facebook qui vient de rejoindre celui de MySpace à 115 millions de visiteurs uniques en mai 2008.

Si donc Yahoo semblait une des rares cibles à pouvoir apporter à Microsoft une audience de taille permettant de remettre en cause l’écrasante domination de Google, la montée en puissance de Facebook pourrait donner une alternative à Microsoft. Reste que les technologies développées par Yahoo, notamment Panama auraient bien servie l’éditeur de Seattle.

Néanmoins tout n’est pas perdu pour Microsoft qui pourra utiliser les économies réalisées avec Yahoo pour s’entendre avec AOL qui peut représenter une alternative en terme d’audience et dans les contenus.

Donc faut-il virer Ballmer pour son échec avec Yahoo ou au contraire saluer sa volte face opportuniste ?

Qu’en pensez-vous ? Répondez nous dans les commentaires.

Articles en relation :

Microsoft Yahoo : c’est loupé ... et tant mieux !?

Microsoft Yahoo, ce n’est peut être pas fini

Microsoft Yahoo, les dirigeants négocient en secret

Yahoo rejette l’offre de Microsoft, en première lecture…

Microsoft-Yahoo contre Google : les parts de marché respectives

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 18:50

L’annonce surprise de négociation exclusive entre Telecom Italia et Iliad, la maison mère de Free, va avoir des conséquences importantes sur le paysage français des télécom.

Comme nous l’avions décrit dans notre précédent dossier télécom (Free, Numéricâble, Bouygues Telecom : 2008 l’année de tous les dangers face à Orange et SFR Neuf), la bataille va maintenant se jouer sur les offres quadruple play capables de fournir aux clients de l’accès internet fixe et mobile, de la téléphonie fixe et mobile, des accès à des contenus et services premium.

Si Orange et Vivendi possède toutes briques nécessaires à ces offres multi play, les autres acteurs en sont dépourvus.

Bouygues Telecom est le numéro trois du mobile en France mais n’a aucune présence dans l’accès internet. Le groupe de Martin Bouygues envisage d’ailleurs de lancer une offre grand public à la rentrée avec sa Bbox mais compte tenu de la nature du marché et de la relative bonne pénétration en France de l’ADSL, il a très peu de chance de réussir son pari bien trop tardif. Le rachat d’Alice lui aurait permis de mieux se positionner mais nécessitait du cash que ne voulait peut être pas mettre Martin Bouygues, semble-t-il, plus intéressé par le nucléaire que par les médias et les télécom.

Numéricâble, nous avons largement détaillé sa position dans cet article (Numéricâble joue sa dernière carte en 2008 ?), est également dans une situation délicate. Sa stratégie basée sur l’audiovisuel et la capacité de véhiculer des contenus HD se confronte à la pauvreté de l’offre de programme haute définition. Les réseaux ADSL étant suffisamment rapides pour véhiculer de la télévision en résolution standard, l’avantage compétitif de Numéricâble disparaît. Par ailleurs la très mauvaise qualité de service de Noos n’a pas non plus concouru à des prises de part de marché dans l’accès internet où les 3 grands acteurs ont maintenant « verrouillé » le marché. Le câblo opérateur est également confronté à une crise financière car l’entrée dans le capital de Carlyle qui a repris 1/3 du capital à Cinven rend les prises de position plus complexe surtout dans une période où les fonds manquent de liquidité. Le rachat d’Alice aurait pourtant permis à Numéricâble de sauver sa position car maintenant il n’est plus capable de se positionner correctement sur l’accès internet et ce n’est pas un offre de MVNO avec Bouygues Telecom qui lui permettra de s’en sortir. En ne lui permettant pas de concourir au rachat d’Alice, les fonds Cinven et Carlyle l’ont condamné à plus ou moins brève échéance à un rôle de loueur d’infrastructure ou même à une revente de son réseau. Mais après tout même avec Alice peut être que Carlyle et Cinven avaient déjà cette option en tête et dans ce cas le rachat d’Alice ne servait à rien ?

Le coup de Xavier Niel est donc doublement intelligent car outre le fait que cela replace Free en position de numéro deux de l’accès internet cela empêche Numéricâble et surtout ByTel de se positionner sur ce segment.

Free est donc revenu sur le devant de la scène après un petit passage à vide et l’échec de l’attribution de la 4ème licence mobile redevenant le numéro deux français de l’accès internet devant Neuf.

Sur le terrain de la 4ème licence mobile, tout n’est pas perdu car sa licence nationale Wimax va permettre à Free de développer une offre d’accès internet nomade. De Quoi téléphoner gratuitement depuis un téléphone Wimax sur toutes les destinations couvertes par le FAI en mode IP. Comme la plupart des fabricants de terminaux annoncent des téléphones bi-mode Wimax-GSM pour 2009, une offre commerciale peut être envisagée.

L’étape suivante sera pour Free la possibilité d’obtenir une licence mobile. Car si techniquement son réseaux Wimax peut faire de la téléphonie mobile, l’Arcep n’autorise pas le handover (passage de cellule à cellule) et donc de rester connecter tout en se déplaçant.

Il y a plusieurs options pour Free.

Soit le groupe obtient lors des prochaines enchères, bien tardives, une licence mobile sur une région qui couvre au moins 25% de la population soit il ne l’obtient pas.

Dans la première hypothèse, Free pourra déployer ses émetteurs sur les points hauts utilisés par ses émetteurs Wimax, le déploiement pourra être relativement rapide à condition que la licence obtenue coïncide avec son déploiement Wimax.

Soit il n’obtient pas de licence et devra composer avec ByTel.

Je privilégierais la seconde solution car maintenant que ByTel n’a plus d’option pour l’accès ADSL en dehors d’une offre propre, il devra composer avec un partenaire puissant dans l’accès internet. Numéricâble étant hors course, il ne reste que Free.

Le groupe de Xavier Niel possède en plus la seule licence nationale Wimax et Bytel les points hauts et une licence 3G. La réunion des deux acteurs permettrait à Free de déployer très rapidement une offre complète basée sur une technologie mobile 4G au moins 2 à 3 ans avant SFR et Orange. Cela permettrait également à ByTel de reprendre la main par rapport à Orange et SFR en proposant une offre 4G 3 ans avant les autres.

Bouygues et Free sont donc condamnés à s’entendre pour devenir à eux deux un véritable acteur industriel capable de résister à Vivendi et France Telecom.

Les précédentes négociations ont échoué sur l’ego puissant de deux patrons propriétaires mais les conditions ont changé. TF1 à déjà perdu la moitié de sa valeur car Martin Bouygues n’a pas su imposer des changements de stratégie en ne prenant pas position sur une vente de TF1 pour financer d’autres acquisitions. Les équipes en place n’avaient donc pas de ligne stratégique autre que cracher du cash. Nous avions déjà détaillé ce problème : Les incertitudes chez Bouygues Telecom

C’est la même chose pour ByTel confronté à une crise de confiance qui ne sait plus ou aller. Martin Bouygues en voulait plus de 10 milliards il y a deux ans mais la valeur de l’opérateur va fondre, comme celle de TF1, au fur et à mesure des mouvements des autres acteurs du secteur.

Le patron du groupe éponyme va peut être en fin comprendre que dans ce secteur les non décisions coutent parfois plus cher que les erreurs.

Free a donc repris la main et est dans une bonne position pour négocier des alliances. Reste à savoir quel est maintenant sont cash flow, nous allons étudier ses rapports financiers pour estimer s’il lui est possible, et à quel vitesse, de déployer son offre Wimax.

Articles en relation :

Free dans une situation moyenne mais pas désespérée

Free, Numéricâble, Bouygues Telecom : 2008 l’année de tous les dangers face à Orange et SFR Neuf

Numéricâble joue sa dernière carte en 2008 ?

Les incertitudes chez Bouygues Telecom

Dossier Wimax : 1 # La situation dans le monde

Dossier Wimax : 2 # La situation particulière en France

Dossier Wimax : 3 # l’UMTS sature déjà

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article

Articles Récents