Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 13:39

La croissance de la valorisation potentielle de Facebook est impressionnante puisqu’il ya juste un an, Yahoo avait échoué dans le rachat de cette société alors valorisée potentiellement 1 milliard de dollars. Bon vous connaissez tous l’histoire du chien à un million de dollars donc la vraie question c’est de savoir si la valorisation de 10 milliards est justifiée.

Rappel des faits.

 

En 2006, Yahoo qui cherche à se développer dans les réseaux sociaux et contrer MySpace (racheté 580 millions par News Corp en 2005) propose au fondateur de Facebook un rachat à 900 millions de dollars. Marc Zuckerberg refuse de lâcher le contrôle de son entreprise pour moins de 1,5 milliards et l’affaire capote.

Microsoft tente sa chance à son tour et se fait éconduire. Le géant des logiciels serait revenu à la charge récemment pour 8 milliards de dollars mais le même Zuckerberg aurait de nouveau refusé. Le fondateur estime d’ailleurs sa société à 15 milliards de dollars. Cela ne va pas arranger les négociations avec Microsoft qui proposerait, d’après le Wall Street Journal, entre 300 et 500 millions pour prendre 5% du capital.

Alors pourquoi cet engouement pour Facebook ?

 

La première raison c’est que dans l’industrie internet mondialisée il ne peut en rester qu’un … ou deux. Et comme le leader actuel, MySpace, est à l’abri dans le groupe de Rupert Murdoch, il ne reste que Facebook comme réseau de cette taille et surtout de ce potentiel.

Ca c’est la seconde raison de cette valorisation que j’estime justifiée pour Microsoft qui n’a jamais vraiment réussi à contrer les pure players comme Yahoo, Google ou MySpace.

C’est qu’il n’est pas facile de sortir de son pré carré et Yahoo qui s’essaie avec Mash, un réseau social va s’en apercevoir car les débuts sont peu prometteurs et le service très moyen.

Google peine également à sortir de son métier d’origine et ses tentatives de croissance externe dans les réseaux et autres services en ligne sont fort couteux pour peu de résultats.

Microsoft a donc un réel intérêt stratégique à chercher à prendre le contrôle de Facebook, comme d’ailleurs tout autre acteur. Lors d’une discussion récente, un spécialiste des start up me disait même qu’il verrait bien France Telecom faire une proposition à 7 milliards ? Maintenant c’est déjà trop tard et Zuckerberg aurait certainement refusé.

La troisième raison c’est le potentiel de croissance de Facebook. La face émergée de l’iceberg c’est un réseau social qui permet aux internautes de partager leurs centres d’intérêts, leurs événements, leurs amis etc…

Dans les faits c’est un formidable outil de screening de consommateurs en ligne. Facebook a d’ailleurs, comme MySpace, annoncé une technologie d’analyse des informations contenues dans les profils des membres pour leurs proposer des publicités contextuelles.

Au-delà du simple affichage de bannières c’est également l’occasion de devenir un formidable outil de recommandation de produits et services basés sur un modèle de revenus sharing.

Là on dépasse le simple business de la publicité pour devenir un intermédiaire incontournable du commerce en ligne. Les recommandations à « la Amazon » à l’échelle de la planète et sur tous les contenus, produits et services.

Car ce qui est valable pour les produits, l’est aussi pour les contenus et Facebook pourrait bien devenir un méta média par affinité. De quoi donner des sueurs froides aux médias déjà en situation de fragilité.

La quatrième raison c’est la somme de tout ce qui vient d’être décrit. Si Facebook devient un intermédiaire de la plupart des usages sur internet, il devient également un meta système d’exploitation. Le matin je me connecterai directement sur Facebook qui me servira d’interface pour accéder à mes emails, à mon agenda (que je pourrai comparer avec les « amis » proches), aux news du jour sélectionnées par mes soins et par les membre du réseau ayant des préférences similaires au miennes etc.. Marc Zuckerberg avait d’ailleurs parlé de Facebook comme un système d’exploitation pendant l’été mais cela n’avait été clairement perçu comme tel.

Là nous sommes directement dans le cœur du métier de Microsoft qui voit déjà d’un mauvais œil les tentatives de Google d’investir ses lucratives activités de vente de licences Office.

Le système d’exploitation client serveur léger sera-t-il celui de Facebook ?

 

Je crois en tous les cas que c’est un candidat sérieux et que Facebook pourrait être le futur Google en termes de potentiel de croissance et de capitalisation. Si Microsoft entre dans son capital c’est à la fois dans un objectif offensif et défensif car Google est également sur les rangs mais cela pourrait s’avérer un excellent investissement financier.

Conclusion

 

Le niveau de valorisation de Facebook me semble très difficile à estimer mais les 15 milliards de dollars réclamés par Marc Zuckerberg ne me paraissent pas inconsidérés face à la perspective de croissance du service. Surtout entre les mains de Microsoft qui avait déjà un projet de site communautaire avec Wallop et qui n’a jamais vraiment donné de résultat malgré un spin off en 2006.

Articles en relation :

- MySpace et Facebook vont cibler la publicité en fonction des profils des utilisateurs

- Eyeka Tech présente Thomas Crampton

- Wallop, la spinoff de Microsoft, propose une version beta de son site communautaire.

- Facebook et YouTube à vendre pour 2.5 milliards de dollars ?

- Les réseaux sociaux se mondialisent

- FaceBook vise la bourse, recrute l’ancien CFO de YouTube et fait face à une accusation de plagiat

- Facebook veut devenir un éditeur de logiciel ?

- Microsoft comme Amazon "dans le nuage"

- Microsoft, résultats en hausse portés par Windows Vista. Et l’avenir ?

- Microsoft met Soapbox en standby

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 13:37

Le jour du lancement de la TV mobile en France, c’est une information qui devrait faire réfléchir les opérateurs de réseau DVB-H qui compte sur un abonnement pour rentabiliser leurs investissements.

C’est une étude menée par le Gartner Group qui révèle que l’accès à la télévision sur mobile est en queue des préoccupations des utilisateurs européens. Seuls 5% seraient intéressés par utiliser un téléphone mobile comme récepteur TV. De là à payer en plus…..

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 13:36

Quoi de plus détaillé dans les profils des internautes que leur page MySpace et le réseau d’ami associé. En fonction des goûts musicaux, des ses préférences au sens large, il est tout à fait possible de classer les inscrits d’un réseau social dans un socio type.

C’est ce qu’a annoncé Peter Levinsohn, le président de Fox Interactive Media à laquelle est rattachée MySpace dans le groupe News Corp.

Si certains avaient des doutes sur la possibilité de monétiser les sites communautaires, le profiling que peuvent faire ses réservoir de profils est potentiellement impressionnant et …. limite dangereux. Mais dès le moment où nous acceptons que nos profls soient sur Internet, la discrétion devient difficile.

Quoiqu’il en soit cette annonce devrait permettre de proposer des campagnes publicitaires ciblées et rapidement oublier le retrait des annonceurs en Grande Bretagne.

Le système est en test depuis six mois et permet aux annonceurs de cibler des profils en fonction des informations renseignées dans les pages de MySpace croisées avec le réseau des inscrits.

L’algorithme de calcul a été développé en interne par les équipes de Fox Interactive Media et s’appuie sur 10 catégories de profils discriminés par des critères d’intérêts sur l’automobile, la mode, la finance, la sante, le sport et les jeux vidéo. L’application de FIM permet l’affichage d’une publicité contextuelle basée sur le préférence du l’internaute, le groupe d’amis, l’âge, le sexe.

L’équipe de développement de FIM, qui comprend 100 personnes prépare maintenant une nouvelle version qui devrait permettre de subdiviser les dix catégories initiales en centaines de sous catégories.

La compétition avec Facebook ne fait que commencer même si Peter Levinsohn ne considère pas le petit dernier comme comparable à MySpace.

Néanmoins la croissance vertigineuse de Facebook ces derniers mois (117% en 12 mois comparé à 23% pour MySpace) présage bien d’une féroce compétion, au moins sur une tranche d’âge 18-24. En deçà Facebook ne séduit pas et au-delà c’est MySpace qui n’est pas vraiment présent.

Facebook a également commencé cet été à travailler sur de la publicité contextuelle et devrait proposer un outil début 2008.

MySpace tirera donc le premier puisque la première version sera lancée dès novembre avec une base de cibles potentielles de 3 millions de membres.

Le CEO de FIM en a profité pour égratigner son concurrent en précisant que les membres de MySpace passe 30 % de temps de plus que sur Facebook.

Articles en relation :

Les réseaux sociaux se mondialisent

Facebook veut devenir un éditeur de logiciel ?

MySpace News un mixte de Google News et de Digg ?

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 14:48

Cette fois-ci cela pourrait bien être le lancement à grande échelle du Wimax en France.

Cette technologie fait beaucoup parlée d’elle et à YouVox Tech nous avons toujours pensé qu’elle pourrait être une excellente technologie alternative à l’UMTS.

Il semble bien que l’avenir nous donne raison car si l’on écoute attentivement les propos de Stephane Couturier, le Wimax est supérieur à l’UMTS en terme de performances, tant dans les débits que dans la latence de communication.

Des tests ont déjà été réalisés dans la bande de fréquence 3.5 Ghz, celle attribuée en France, qui démontre que le Wimax offre une meilleure qualité de service que la 3G. Cette technologie serait même supérieure en capacité spectrale, c’est-à-dire qu’elle permet une meilleure qualité de service par nombre d’utilisateurs.

Mais revenons sur les usages.

Le Wimax peut il devenir la norme 4G ?

Il est encore trop tôt pour le dire mais cela semble bien parti depuis qu’en juin dernier, l’organisme officiel de normalisation a retenu le Wimax comme technologie candidate. C’est-à-dire susceptible de concourir au statut de norme 4G. « Le Wimax en passe de devenir le standard de la 4G ? »

Donc techniquement c’est au point et la normalisation est possible.

Une technologie mature ?

Pas plus que l’UMTS mais Samsung, et d’autres équipementiers comme Motorola et Nokia, sont en train de déployer le vaste réseau de Sprint aux Etats-Unis et cela fonctionne depuis un an en Corée du Sud.

Pour mémoire, Sprint est le second opérateur mobile américain derrière Verizon et utilise, comme le numéro 1, un réseau CDMA qui est à bout de souffle.

Le choix de Sprint, comme de Clearwire, un concurrent devenu partenaire, c’est porté sur le Wimax comme technologie pour son futur réseau 4G. Sprint envisage d’investir 3 à 5 milliards de dollars dans le déploiement du Wimax 2,5 Ghz aux US et cela va considérablement accroître la capacité de production de tous les composants.

En Corée du Sud, Samsung dispose déjà d’un client (KDT) qui a déployé une variante du Wimax, le Wibro, dans la bande de fréquence de 2,3 Ghz. Le retour de satisfaction semble excellent et a permit de valider la capacité industrielle en exploitation du Wimax.

Samsung a remporté l’appel d’offre de Sprint pour les villes de Washington et New York et le déploiement est en cours. Sprint vise l’achat de 30000 BTS pour couvrir les zones habitables américaines.

Nokia et Motorola ont également été retenus pour équiper d’autres villes importantes.

D’après Samsung, le groupe coréen dispose d’une avance technologique à deux niveaux : dans la stabilité de ses logiciels et dans sa capacité à produire des terminaux bi-modes CDMA/Wimax ou GSM/Wimax.

Stephane Couturier estime que les équipementiers qui ne sont pas présents dans l’appel d’offre de Sprint auront de grosses difficultés à revenir sur le marché en l’absence de contrats de même taille. Donc pour Alcatel Lucent, il y a intérêt à remporter des contrats en Europe. Pour Ericsson qui n’a pas d’offre Wimax, les affaires risque de se gâter.

La situation en France

Le seul test officiel de Samsung est avec Bolloré qui est l’un des détenteurs de licences Wimax.

Samsung a installé 2 stations (BTS ou baystation), une dans la tour Bolloré, l’autre chez Havas. Les essais ont démontré que le Wimax, dans cette bande de fréquence de 3,5 Ghz, offrait une couverture équivalente à celle de l’UMTS.

C’est plutôt une bonne nouvelle pour les détenteurs de licences, un peu moins pour les autres.

Plus important, les performances enregistrées dans la transmission de données donnent le Wimax largement gagnant.

En voie montante (uplink) le Wimax est 3 à 4 fois plus rapide que l’HSDPA, en voie descendante (downlink) 5 à 6 plus rapide.

Mais c’est sur le terrain de la voix que l’on attend également le Wimax car la question de la voix sur IP (VOIP) agite tout le secteur. La réponse est claire : le Wimax est également supérieur à l’UMTS dans la latence de connexion. 60 millisecondes contre 100. Cela démontre que non seulement la voix sur IP est possible mais que le passage de cellule à cellule (le fameux handover) est parfaitement réalisable avec le Wimax dans la bande de fréquence des 3,5 Ghz.

Des tests ont d’ailleurs été réalisés en Pologne où la licence permet de faire du handover, ce qui n’est pas permit dans les licences françaises (à vérifier avec Free qui dispose de la seule licence nationale et qui est plus étendue que les autres licences attribuées en 2006).

Un essai a été réalisé entre la tour Bolloré de la Défense et la Tour Eiffel et les débits enregistrés sont 3 Mb en voie descendante et 1Mb en voie montante. Bien entendu en étant immobile puisque toutes les technologies mobiles sont dépendantes de la vitesse de déplacement.

Un test de VOIP a également été tenté depuis le bois de Boulogne, sans handover (c’est interdit), avec succès.

Photographie de la BTS installée sur la tour Bolloré

Combien cela couterait-il de déployer un réseau Wimax ?

Comme tous les réseaux de communication, le coût de déploiement est un frein évident au renouvellement des technologies ou à l’arrivée de nouveaux entrants. Un réseau UMTS national coûte environ 2,5 milliards d’euros et c’est pour cette raison que les candidats à la 4ème licence n’ont pas été nombreux.

Le coût d’un réseau dépend de plusieurs facteurs : l’accès aux points hauts, le coût unitaire de chacune des BTS et les coûts d’installation. Nous avons essayé d’estimer le coût de déploiement d’un réseau sur la région parisienne.

D’après Stephane Couturier il faudrait entre 500 et 1000 relais Wimax pour couvrir Paris intra muros, dépendant de la nature des services que l’on veut fournir.

En étendant à la région parisienne il faudrait compter 2000 BTS au total. Si l’on ajoute Nice, Marseille, Lyon, Bordeaux,Nantes et Lille il faudrait au total 5 à 6000 BTS pour couvrir 25% de la population. Cela représenterait, au coût unitaire de 35K€, un investissement d’un peu plus de 200 millions d’euros. Très inférieur au déploiement d’un réseau UMTS même s’il faut ajouter les coûts d’accès aux points hauts.

Clin d’œil

La 4ème licence mobile, dont Free est l’unique prétendant, stipule qu’un opérateur doit déployer 25% de la population pour avoir le droit d’exploiter sa licence et avoir accès au roaming avec les autres opérateurs. C’est-à-dire qu’il suffirait à Free de déployer 25% de la population, d’y ajouter des BTS Wimax et d’avoir accès à un réseau UMTS/Wimax. A méditer….

Si le Wimax devient la norme 4G quid des autres opérateurs ?

En effet, en France, les opérateurs 3G n’ont pas de licences Wimax au niveau national ou avec une couverture large comme celle de Bolloré. Il est donc impossible à Orange, SFR et Bouygues Telecom de déployer un réseau Wimax, concurrent de Free en 3,5 Ghz. Ces trois opérateurs disposent néanmoins de fréquences 900 Mhz et 1800 Mhz et Samsung nous confirme qu’il est parfaitement possible d’utiliser le Wimax dans cette bande de fréquence. Un test en 1800 Mhz est d’ailleurs en cours en Chine.

Tout n’est donc pas perdu et je vous invite à écouter attentivement l’interview de Stephane Couturier car elle donne beaucoup d’indications sur les projets et stratégie en cours même s’il faut lire entre les lignes. Mais dès que cela devient possible….

Les vidéos sont disponibles ici

Articles en relation :

- Google et Sprint unis pour développer des services Wimax, quelles conséquences pour le marché. Et en France ?

- Réseau Wimax et voix sur IP à Montréal

- Le Wimax en passe de devenir le standard de la 4G ?

- ClearWire s’introduit en bourse, point sur le Wimax

- La voix sur IP sur mobile bientôt aux Etats-Unis avec Skype ?

- Intel a fait la démonstration d’un composant 3G/Wimax/Wifi.

- Motorola et le Wimax, est-ce une alternative à la 3G ?

- Nokia prévoit des téléphones Wimax dès 2008, cela valide-t-il cette technologie disruptive ?

- Wifi, Wimax vs UMTS et HSDPA, Bluetooth et autres normes, quel avenir pour nos terminaux nomades ?

- Le Wimax va-t-il faire exploser l’équilibre entre les opérateurs mobiles et les FAI ?

- Samsung annonce des téléphones portables Wimax pour 2007

- Le Wimax se déploie tranquillement

- 50 millions de terminaux Wimax en 2008 aux Etats-Unis

- Téléphonie : accord Samsung Nokia et portables Wimax pour début 2008

Photos de terminaux Wimax :

Le mini PC/téléphone communicant Anycall et une "box" Wimax en 3,5 Ghz adaptée aux licences françaises.

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:17

L’ancien patron de Disney, et fondateur de Vuguru, qui a produit des mini séries spécifiquement pour internet, a annoncé que sa série appelée Prom Queen serait bientôt diffusée sur Bebo, MySpace, YouTube, Veoh, Verizon VCast, Imeem, Revver, Blinkx and VideoEgg.

La série produite par le studio Vuguru était déjà diffusée sur PromQueen.tv et Vuguru.com mais l’arrivée de poids lourd du net et l’essor de la télé sur mobile devrait donner une meilleure visibilité au nouveau studio.

Articles en relation :

De Hollywood à Vuguru... tous les chemins mènent à la VOD

Michael Eisner lance Vuguru, un studio vidéo Internet

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:17

Le site vidéo ScanScout vient d’annoncer que le groupe Time Warner venait de rentrer dans son capital de manière significative et stratégique.

Scancout possède une technologie qui permet d’analyser les contenus vidéos et de proposer des formats publicitaires contextuels.

C’est une technologie clé pour monétiser les sites de vidéos en ligne et si le produit est opérationnel à la hauteur de la démonstration, Times Warner vient de faire un bon investissement

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:16

Le site de téléchargement en ligne d’Amazon, qui a récemment soufflé les séries de NBC a iTune, propose dès aujourd’hui les pilotes des certaines séries US gratuitement. Petite restriction quand même il faut s’inscrire et les épisodes suivants seront facturé 1,99 $ chacun.

Mais c’est déjà une nouvelle forme de promotion des contenus en lignes et si le placement de produits s’intensifie, le coût de production de certaines séries pourrait être tellement réduit qu’une diffusion sur internet sponsorisée par de la publicité triangulaire pourrait être envisagé.

Un sacré problème pour les chaînes traditionnelles.

Articles en relation :

- La triangulation publicitaire, un nouveau concept de campagne multi supports

- Publicités et achats interactifs dans le programme audiovisuel : le téléachat qui révolutionne l’économie des chaînes de télé

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:15

D’après Business Week, la pomme pourrait participer aux enchères de la FCC qui va mettre en vente les licences des opérateurs de télévision dans la bande de 700 Mhz pour au moins 4,6 milliards de dollars.

Cette fréquence qui permet une couverture avec un maillage assez large pourrait permettre à Apple d’opérer en direct tous les services autours de l’iPod et de liPhone.

Pour rappel, la quatrième licence mobile en France est dans la bande des 900 Mhz.

Il s’agit uniquement d’hypothèses analysées par les équipes de Steve Jobs mais je ne pense pas que ce soit dans l’intérêt d’Apple d’opérer son propre réseau. Outre le coût d’acquisition de la licence, il faut construire un réseau.

De toute manière les fréquences ne seront libérées qu’en 2009 mais cela pourrait laisser le temps de déployer l’infrastructure.

Le métier d’Apple est plutôt transversal aux opérateurs et dans les plateformes de services/contenus, il est donc peu vraisemblable que la pomme réfléchisse sérieusement à ces enchères malgré son trésor de guerre de 14 milliards de dollars en cash.

Cela va plutôt lui servir à des acquisitions et je verrais bien une entrée directe dans le capital de Disney dont Steve Jobs est le premier actionnaire privé.

Cela lui donnerait accès à des contenus et éviterait les déconvenues comme avec NBC qui lui a préféré Amazon.

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:15

Une entreprise suédoise vient de développer une technologie permettant de relier des téléphones mobiles entre eux sans passer par un réseau d’opérateur.

Le fondateur de cette start up appelée TerraNet explique que sa technologie permet aux mobiles de se connecter directement entres eux et grâce au peer to peer de construire virtuellement une sorte de réseau mesh.

Sachant que la portée d’un mobile est d’environ 1 km dans les agglomérations cela serait très efficace. Pas sûr néanmoins que tout le monde accepte que son mobile soit en mode émission et consomme la batterie pour permettre à des inconnus de téléphoner via le relai de son propre terminal.

Le système s’appuie de plus sur des terminaux dédiés et je ne pense pas que légalement on puisse utiliser la fréquence d’un opérateur en dehors de son service.

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:11

 

Il n’a pas échappé à l’un des plus gros annonceurs de la planète que les nouvelles générations commençaient à passer plus de temps sur MySpace, Facebook, DailyMotion et Youtube qu’à regarder les tunnels publicitaire sur la télévision.

 

Comme les générations précédentes zappent également la publicité, il fallait bien trouver de nouvelles formes de communication de marques.

Nous avons déjà le placement de produits, largement repris dans Heroes, où Nissan finance une bonne partie de chaque épisode. Avec Procter voici le lessivier qui devient producteur de contenus. Comme cela il n’y aura pas de souci de piratage puisque l’intérêt de la multi nationale est que les épisodes de sa série soient vus par le maximum de personnes.

Procter prépare des pilots d’une série de reality show conçue pour être diffusée en prime time sur les principaux réseaux américains.

Le groupe compte sur cette série pour tester le concept.

Comment qualifier ce type de série ?

En effet si Procter souhaite insérer dans son contenu des flashes publicitaires ou des « corner » directement dans les épisodes. Est-ce que l’on doit le qualifier de publicité ?

En tout cas ce sont les sites de vidéos en ligne qui vont voir leur trafic croître et avec des contenus parfaitement légaux.

Pour mémoire un épisode d’une série américaine comme 24h ou Expert Miami coute environ 4 millions de dollars. Les 30 secondes de publicité en prime time sur un network américain coutent environ 300000 dollars. Il est assez simple de prévoir que les producteurs de contenus ont intérêt à encourager les annonceurs à participer au financement de leurs séries.

Procter Gamble Production était déjà coproducteur de la série Dawson Creek au coté de Sony Picture, il semble que la filiale du groupe américain soit passé à l’étape suivante.

Comme cela plus de problème de piratage. Mais un gros problème pour certaines chaînes de télévision.

Articles en relation :

- De la pub en transparence sur YouTube, la dernière cartouche de Google ?

- Baisse des recettes de TF1, début d’une érosion structurelle ? Analyse

- Publicités et achats interactifs dans le programme audiovisuel : le téléachat qui révolutionne l’économie des chaînes de télé

- NBC et Nissan signe un contrat publicitaire multi supports. Publicité 2.0, quel risque pour les chaînes

- La triangulation publicitaire, un nouveau concept de campagne multi supports

- TV 2.0 : la publicité à l’heure du "permission marketing"

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Actualité
commenter cet article

Articles Récents