Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stratégie Media Telecom Internet
  • : stratégie médias internet telecom
  • Contact

Recherche

Rester en contact

  Christian Jegourel

 

    

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 14:47

L’annonce de l’OPA inamicale sur Yahoo va forcer Google à affiner sa stratégie de développement et à cesser d’annoncer tout et n’importe quoi. C’est un peu comme au poker où l’un des joueurs annonce « tapis ». Il est temps de se découvrir et arrêter le bluff et les gesticulations.

Jusqu’ici Google a réussi à maintenir son cours de bourse très élevé en annonçant constamment de nouveaux services puis plus récemment dans la téléphonie mobile avec Androïd.

Il convient de remarquer néanmoins qu’aucune de ces activités n’est rentable et certaines sont totalement gratuites et destructrices de valeur. Le rachat de YouTube pour 1,650 milliards de dollars a été un non sens économique. Pour mémoire le site de partage vidéo devrait dégager un CA très inférieur à 100 millions de dollars alors que le cout de la bande passante est estimé à 30 millions par mois. Cela doit générer un déficit d’exploitation d’au moins 300 millions. Que dire des investissements dans les différents produits/services sensés concurrencer Microsoft sur Office, la messagerie et autres qui n’ont jamais atteint leurs objectifs.

Comme je l’avais écris à la suite du CES 2006, il y a deux ans, presque jour pour jour (Google vs Microsoft : jouent-ils sur le même terrain ?) tout va dépendre de la vitesse à laquelle vont se déployer les réseaux de communication « ubiquitaires ». Si les terminaux, mobiles et PC ne disposent pas d’accès rapides et partout, les logiciels embarqués de Microsoft continueront d’accaparer le marché. Si au contraire les réseaux se développent rapidement, la notion de client léger pourrait remplacer les logiciels embarqués et favoriser Google.

Le problème c’est qu’il faut maintenir la croissance coute que coute. La participation de Google aux enchères sur les fréquences du dividende numérique est-elle justifiée par le besoin de trouver un relai de croissance et de disposer d’un réseau ubiquitaire rapide ?

Le moteur californien doit donc tout faire pour bloquer l’offensive de Microsoft sur Yahoo. Il na peut lui-même entrer dans le capital du portail car les autorités de la concurrence américaines et européennes s’y opposeraient arguant la trop forte prédominance de Google dans l’internet.

Microsoft apparaît donc ici comme une alternative à l’hégémonie de Google. Il ne faut pas s’y tromper, même avec une possible fusion de MSN avec Yahoo, Google gardera, un temps au moins, la prédominance de la recherche et des revenus publicitaires associés.

Pourquoi le géant des logiciels est donc intéressé par Yahoo si à court et moyen terme il n’est pas certain de concurrencer efficacement Google sur la principale ligne de revenu du web ?

La réponse est que cela gèlerait l’expansion de Google en le cantonnant à cet espace, considérable, de la publicité par les liens sponsorisés. Si Microsoft réussi con coup sur Yahoo, il aura une position inattaquable dans la messagerie internet et tout un tas de services associés. Ce serait la fin des tentatives de Google sur les services en ligne et l’extension naturelle de Microsoft d’un modèle d’OS et d’applications embarquées vers un modèle en ligne dans les années à venir.

Avec une prédominance sur les applications Office hors et en ligne, il serait quasi impossible à un autre acteur de déstabiliser l’éditeur de Seattle.

Que peut faire Google ?

Il peut essayer d’entrer par la petite porte de Yahoo avec une petite prise de participation comme avec AOL, il peut signer des accords pluri annuels pour imposer Google Search dans le portail, signer des accords croisés sur des formes de partages de publicité voire des campagnes jumelées Google Yahoo. De concurrents ils passeraient à partenaires. C’est la seule possibilité pour que les autorités de la concurrence américaine et européenne ne bloquent pas.

Sur le terrain juridique, le moteur californien va tout faire, et c’est déjà commencé, pour diaboliser son adversaire afin de le présenter comme un prédateur sans foi ni loi.

Les dirigeants de Google ont bien compris qu’ils jouaient leur avenir sur ce coup et rien n’est encore acquis pour Microsoft qui malgré le montant de l’OPA record n’est pas du tout assuré de l’emporter.

Après plusieurs années de match avec Microsoft durant lesquelles Google paraissait avoir toujours une longueur d’avance il semble que les résultats conséquents de Microsoft qui ont dépassés les attentes aient signé une pause dans le combat. Rappelons que Google dans le même temps a déçu les attentes d’analystes sur ses résultats.

Et vous quel votre avis sur cette nouvelle bataille dans la guerre que se livre ces deux acteurs.

Articles en relation :

Google vs Microsoft : jouent-ils sur le même terrain ?

Google, Yahoo, Amazon… et les médias : les limites de la diversification ?

Microsoft propose 44,6 milliards de dollars pour racheter Yahoo !

Microsoft rachète le moteur norvégien Fast pour 1,2 milliards de dollars

Microsoft satisfait de son investissement dans Facebook et avec Yahoo la porte est ouverte

Viacom signe avec Microsoft, des clans se forment ?

Google peaufine son projet de stockage virtuel, une killer aps contre Microsoft ?

Facebook, Microsoft gagne la première manche contre Google. Perspectives

Microsoft, résultats en hausse portés par Windows Vista. Et l’avenir ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgeminded - dans Analyse-Stratégie
commenter cet article

commentaires

Google 09/03/2009 05:23

j'ai exactement la même vision des choses, très bon article

Articles Récents